vendredi 6 janvier 2012

Gâteau au manioc

Une nourriture... un peu plus solide pour cette deuxième édition de l'année ensoleillée par le manioc, la noix de coco et par le thé qui donnera un peu de couleur dans l'autre petite préparation...

Se mettre au vert après les agapes du mois dernier ne signifie en rien faire une opération détox à tout va... mais éviter pendant quelque temps les plats trop riches en produits carnés ou en calories impétueuses ! Un programme piano... et progressif avant de ressortir l'artillerie lourde pour l'année du Dragon.

 Aussi, voilà une petite douceur fleurant bon les parfums d'Amérique du Sud dont le manioc est originaire avant de s'implanter en Afrique ainsi qu'en Asie. Au Vietnam, pays de riz ... avec le taro ou la patate douce, ce tubercule est consommé comme un aliment de complément dont le coût est modique.

 ( photo sous CC AS 3.0 Unported )
Faute de grive, on se rabat sur les merles... les anciens rappellent que lors des périodes de disette ayant émaillé l'histoire du Vietnam, on se nourrissait de manioc... quand le riz manquait. Ce gâteau n'est pourtant pas un plat de substitution mais bel et bien un délicieux " dessert " appartenant à la famille nombreuse des banh vietnamiens car il s'intitule banh khoai mi nuong.

Pour ceux qui voudraient approfondir leur culture culinaire de là-bas, vous pouvez consulter ce guide des banh qui vous donne les principaux mets de cette catégorie de plats. Notre gâteau existe aussi avec une cuisson à la vapeur et s’appellera alors banh khoai mi hap.

C'est une petite douceur très simple à réaliser avec des enfants par un jour d'hiver enfermés... car les effluves de la préparation rappelleront le parfum des tropiques et le sourire du soleil. Plus prosaïquement, si vous êtes près d'une épicerie asiatique, vous pouvez vous procurer des paquets de manioc congelé directement préparé, épluché et mis en purée.

Dans le cas contraire, il faudra vous fournir en manioc frais puis passer à l'épluchage, au découpage avant de passer l'ensemble au robot. On trouve du manioc assez facilement dans les hypermarchés et il est bon de signaler que ce tubercule doit être consommé cuit, en raison des toxines qui sont présentes mais qui disparaissent à la cuisson. 

 Pour les bonnes résolutions de l'année... on tachera de mettre cette année davantage de recettes de sucreries, d'entremets, de desserts et en particulier quelques préparations typiques du cru comme notre plat du jour, tiré du blog Spices of Life.

Temps de préparation : 1 H 15
Ingrédients pour 8 personnes :

2 paquets de manioc congelé
( 2 x 454 g )
60 g de farine de tapioca
1/2 boite lait concentré sucré
100 g de sucre
400 g de lait de coco
2 cuillères à café d'extrait de vanille liquide.

Préparation : 

 Etape 1 décongeler au préalable le manioc puis mélanger le contenu des 2 paquets avec la farine de tapioca, les laits, le sucre et l'extrait de vanille. Préchauffer le four pendant une dizaine de minutes à 190°C : le temps de huiler au pinceau un moule rond type moule à manqué. 

 Etape 2 verser la préparation dans le moule et enfourner pour 1 H de cuisson environ. L'ensemble va dorer et sera cuit quand vous plongerez au cœur du gâteau un couteau et que la lame ressortira intacte. 

 Servir chaud : le gâteau a tendance ensuite à se durcir, n'hésitez pas à le réchauffer au micro-ondes ou à la vapeur.

Vous avez compris que c'est le style de pâtisserie qui ne va pas briller par sa légèreté mais avec une tasse de thé parfumé, vous dégusterez les saveurs typées du manioc, de la noix de coco et de la vanille, un mariage harmonieux de douceur... De quoi faire le plein d'imagination et se retrouver transporté dans un salon de thé en Asie... Pour le grignotage... c'est à nous de faire !


Œufs marbrés au thé
Si en France, salon de thé rime avec pâtisserie... on peut se douter qu'en Chine, il va en être de même, si ce n'est plus côté grignotage ! Quelques viennoiseries, des tartes aux oeufs ... et puisqu'on évoque ces derniers, voici notre recette colorée par le thé et d'autres ingrédients.

 Des œufs qui ont un aspect un peu spectaculaire avec ces traces apportées par le liquide foncé sur les ouvertures faites dans la coquille, qu'on trouve aussi chez les marchands ambulants, dans la rue, chauds ou à température.

 ( photo : dromafoobeno, CC AS 3.0 Unported )
On peut aussi se nourrir dans ces salons de thé de mets assez spécifiques que l'on retrouvera aussi dans les restaurants de dim sum, ces plats en petites portions dont les différents raviolis notamment sont un bon exemple et sont dorénavant servis dans tous les établissements.

 Outre les incontournables, on peut avoir sur la table quantités de mets comme des boulettes de viande ou des travers de porc en différentes versions. Dans le 13e à Paris par exemple, vous trouverez cette variante de ravioli tenant bien au corps... du riz gluant fourré avec du poulet,  cuit à la vapeur dans des feuilles de lotus...

Mis à part l'aspect esthétique, ces œufs ont un goût délicieux et subtil... une bonne occasion de renouveler vos œufs durs de base et prendre le thé, le cas échéant avec quelque en-cas bien solide afin d'attendre sereinement déjeuner ou diner...

Temps de préparation :1 H 30

Ingrédients pour 2 personnes :

3, 4 œufs durs
1 L de thé noir
2 cuillères à soupe de sauce de soja foncée
1/2 cuillère à soupe de sel
1 cuillère à soupe de sucre
1 cuillère à café de cinq épices.



Préparation :

Etape 1 préparer du thé noir que vous mélangerez avec l'ensemble des ingrédients. Prendre ensuite vos œufs durs refroidis et avec le dos d'une petite cuillère, tapoter délicatement pour que la coquille des œufs se craquelle et soit fendue par endroits.

Etape 2 mettre ensuite les œufs préparés dans une petite casserole avec le liquide et faire mijoter à feu moyen, doux pendant 1 H : les œufs doivent être immergés ( ajouter un peu d'eau au besoin ). Laisser ensuite refroidir : vous pourrez à ce moment là les écaler et savourer les effets du thé sur le blanc des oeufs.

Si vous vous intéressez un peu à la cuisine asiatique, la vue de ces œufs pittoresques vous rappellera peut-être d'autres spécialités dont les Chinois se sont faits experts dans l'art de produire des œufs ...de 100 ans. Très simplement, des œufs de cane plongés dans un curieux mélange de boue, de chaux et d'aromates qu'on conserve pendant quelques mois... qui font effectivement une éternité côté maturation du mets... 

 ( photo : kenpei, CC AS 3.0 Unported )
A essayer une fois pour goûter... apprécier ou pas...l'odeur de souffre ne facilitant pas la dégustation car c'est très spécial ! L'Histoire culinaire de l'Empire du milieu évoque la découverte d'un œuf qu'une cane aurait enfoui dans un tas de chaux... Bien plus tard, un courageux trouvera ce trésor et s'essaiera à la dégustation...

( photo : jetalone, CC AS 2.0 Generic )
L'Asie du Sud-Est n'est pas en reste de spécialités curieuses car il y a cet aliment psychologiquement difficile à assumer : des œufs ayant un foetus qu'on va consommer. Le balut , c'est son nom, est  un œuf de cane couvé pendant quelques semaines qu'on fait cuire à la vapeur ou dans l'eau comme un œuf dur. 

 ( photo : M. Astor, CC AS 2.0 Generic )
Ce plat est bien sûr loin de faire l'unanimité au Cambodge, en Chine, aux Philippines et au Vietnam, les principaux pays proposant cette spécialité que je n'ai jamais osé manger entre herbes aromatiques, sel, poivre et jus de citron ou vinaigre et ail... La barrière psychologique étant bien trop forte.

( photo : Aterux, CC AS 3.0 Unported )
Une dégustation pour les plus audacieux ou les noctambules... Diana, du blog Made in Asie, signale qu'au Cambodge... à la nuit tombée, dans les restaurants de rue, on mange ces œufs couvés pour " se concentrer davantage sur le goût que l'apparence "...

La semaine prochaine, nous vous proposerons quelques recettes... plus accessibles et simples de dim sum à mettre en œuvre pour réaliser chez vous un petit thé dinatoire à la maison... à défaut d'être en Chine à héler les serveuses faisant rouler leurs charriots remplis de paniers vapeurs contenant des surprises gourmandes et faire votre choix cornélien pour le repas...

 ( photo : TangHon, CC AS 2.5 Generic )
Même si l'ouverture du pays a permis la consommation d'autres boissons comme le café, le thé reste une grande institution qu'on boit tout au long de la journée. La Chine a la réputation de produire la gamme de thés la plus large au monde avec des nectars de légende comme le Oolong du Fujian ou le Pu-erh du Yunan... 

( photo : yomi yomi, CC AS 2.0 Generic )
On vous laisse vous occuper de la théière...?  A moins que vous ne vous occupiez de la récolte ??? Lundi et vendredi, on apporte le solide... 

Archives de blog

TAGS

abats (2) agneau (3) banane (8) blogging (8) boeuf (57) boisson (4) calamar (9) canard (20) champignons (8) charcuterie (9) conso (1) crabe (7) crevettes (33) dessert (41) dim sum (16) epices (11) épices (13) fruits (13) fruits de mer (16) gibier (1) herbes (5) lapin (2) légumes (26) marché (1) oeufs (10) pates (48) poisson (24) porc (91) poulet (70) restaurant (23) Riz (26) salade (20) Sandwich (6) sauce (7) soupe (38) tofu (8) traditions (20) veau (1) végétarien (3) video mv (5) video recette (126) vidéo recette (21) video voyages (5) Voyages (24)
© Copyright
Tous droits réservés