Affichage des articles dont le libellé est Riz. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Riz. Afficher tous les articles

lundi 30 novembre 2015

Porc à la poudre de riz... bi

Tel un feuilleton... voici le chaînon manquant de notre recette précédente où le Vietnam était à l'honneur pour un plat de riz au porc grillé, à l'omelette vapeur et pour compléter le festin, voici le bi...  notre préparation du jour à base de porc émincé et de couenne, le tout parfumé au riz grillé...


Et bien voilà une recette typiquement vietnamienne  fleurant bon le riz... c'est de saison comme on va le voir... Histoire de rendre hommage aujourd'hui à notre fidèle compagnon de table, en provenance directe d'Asie du Sud-Est ( Thaïlande notamment, Vietnam et aujourd'hui on trouve des grains estampillés Birmanie, Cambodge et Laos ).

lundi 2 novembre 2015

Riz com tam aux deux garnitures

du riz vietnamien consistant au menu de cette recette avec le dénommé com tam... pour deux préparations pleines de parfums... des trésors gourmands qui viendront encadrer  aujourd'hui la céréale nourricière du continent asiatique.

Encore une histoire de riz à l'honneur dans Le Canard Du Mékong... eh oui, l'originalité n'est pas vraiment de mise à table, au moins pour ce qui concerne l'accompagnement invariable des plats de viandes ou autres sautés de légumes.

vendredi 22 mai 2015

Riz sauté à la sichuanaise

Une nouvelle variation sur l'art d'accommoder les reste de riz avec des aromates épicés... Sichuan oblige... et les ingrédients qu'on aurait sous le coude. Hot and spicy !


Le riz sauté du Sichuan est une spécialité régionale fort épicée qui rappelle que dans toute l'Asie, les cuisiniers ont imaginé l'art d'accommoder les restes de riz avec talent, cette céréale étant servie généralement matin, midi et soir... il y avait intérêt à être créatif...;-).

jeudi 23 avril 2015

Marmite de riz à la cantonaise

Toutes les saveurs de là-bas pour ce plat complet délicieux avec la céréale de l'Asie, sa majesté le riz... qui, une fois n'est pas coutume, va cuire dans un bouillon avec quelques aromates et des protéines...


Sortez caquelon, cocotte ou marmite... votre cuisine a rendez-vous avec une cuisson à l'étouffée, somme toute assez rapide car il va être question de préparer un mets cantonais qu'on retrouve également à Singapour, façon risotto ou paella en quelque sorte... un peu à la manière du riz parfumé au gingembre et autre bouillon de volaille accompagnant le fameux poulet à la mode de Hainan...

lundi 14 avril 2014

Riz gluant alcoolisé : Khao mahk... com rou... jiuniang..!

Une mini-recette pour faire la fête et être très légèrement euphorique... en produisant de l'alcool à la maison...;-))))) Sabai Sabai !
 Et vive la fête...! Surtout quand elle est bien maitrisée, sans trop d'excès puisque depuis ce week-end ont lieu les festivités du nouvel an bouddhiste theravada que nos amis birmans appellent Thingyan alors qu'au Laos, c'est Pimay, au Cambodge on évoque Chaul Chnam et en Thailande, Songkran bat son plein.

vendredi 3 mai 2013

Riz sauté au naem

Une recette de terroir toute simple à base de riz et de porc, pour combler la nostalgie du pays... à tous ceux qui ont le cœur ou des racines solidement ancrées en Asie du Sud-Est !

Voici une préparation thaïlandaise qui ne nécessitera pas de votre part, des heures de dur labeur acharné à piler épices et racines dans un mortier ou pétrir longuement une pâte... On est aujourd'hui au cœur du sujet qui nous interpelle, la cuisine du Mékong et tout particulièrement dans la partie inférieure... que vous preniez au nord le Laos en passant par le Cambodge, la Thailande ainsi que le Vietnam pour finir.

( photo : SteveMcN, CC AS 2.0 Generic )
On profite maintenant de ce billet... 3 heures après la bataille pour souhaiter une heureuse et belle année... pleine de vie et d'eau !... à tous nos amis, originaires des trois premiers pays cités... Bonne année 2556... ! C'est ce qu'indique en tous les cas  le calendrier officiel en Thailande car on compte les années, à partir de la mort de Bouddha.

dimanche 17 février 2013

Riz xoi gac et salade de chayote

Le Canard Du Mékong rentre se mettre au vert après cette profusion de bons repas pour célébrer toutes les fêtes des calendriers grégorien et chinois... Une fois n'est pas coutume, spécial végétarien !

( photo : mammal, CC AS 2.0 Generic )
Aujourd'hui, pause... du moins pas d'apport carné à l'horizon ou de montagne de calories contenues dans un dessert étouffe-chrétien... Une recette vietnamienne de riz rouge et une salade simple à la carte du jour, forcément bien monacale...

( photo : mammal, CC AS 2.0 Generic )
Pour ces premiers jours de la nouvelle année, le rassemblement familial de ces célébrations aura permis de raviver le culte des ancêtres à travers l'autel qu'on trouve dans tous les foyers : on n'aura pas manqué de se recueillir et se prosterner devant les portraits familiaux en brûlant de l'encens ou des papiers votifs.

jeudi 31 janvier 2013

Nouvel an : pates maison et riz arc en ciel...

Et quoi de neuf, côté accompagnement pour vos prochains festins asiatiques du 10 février ? Le tout venant... du riz et des nouilles au menu... comme d'habitude, enfin presque !

( photo : xiaming, CC AS 2.0 Generic )
Toujours la même chose, vous chassez le naturel... il reviendra par la grande porte au galop comme il se doit, même en pareille occasion : riz ou pâtes... le duopole du pain quotidien en Asie reste bien présent 365 jours par an !

( photo : WanderingtheWorld, CC AS 2.0 Generic )
Il y aura toutefois peut-être des esprits chagrins pour protester ô combien mollement, sur la présence de ces aliments fort communs en ces jours de fête... mais à moins d'être un chantre de l'innovation, personne ne pensera sérieusement à préparer un plat de frites pour accompagner votre canard laqué...

vendredi 25 janvier 2013

Le Banh Chung du Tet

C'est probablement le mets le plus important au Vietnam que l'on se doit d'avoir sur sa table durant la Fête du Tết, les célébrations du nouvel an lunaire, au côté d'autres plantureuses nourritures... Les retrouvailles en famille ça creuse !

L'effervescence doit aller crescendo de l'autre côté du globe, là où est fêté ce qu'il est convenu d'appeler le nouvel an du calendrier chinois, plutôt que le " nouvel an chinois "... qui repose sur un système calendaire particulier.

( photo : Ha-Wee, CC AS 2.0 Generic )
Ce calendrier se base sur le cycle solaire ainsi que les phases lunaires, d'où les dates changeantes chaque année pour les grands évènements, comme la nouvelle année qui aura lieu dans quelques jours,  le 10 février ( en 2014, le nouvel an est prévu le 31 janvier... ).

vendredi 28 septembre 2012

Riz malais nasi lemak

Au sud de la péninsule indochinoise, commence le monde malais... une autre partie de l'Asie du Sud-Est où le riz et les épices n'en sont pas moins riches, comme dans ce plat savoureux et emblématique de petit déjeuner...

Chacun a bien sûr sa tradition du petit déjeuner assez solidement ancrée dans ses gênes et dans le délicat instant du réveil à l'aube, la présence réconfortante de saveurs amies permet progressivement de revenir à la vie du jour naissant...

( photo : Sakurai Midori, CC AS 2.1 Japan )
Bien souvent, pour briser votre jeune nocturne, un liquide chaud, baigné de féculent et de protéines comme une soupe de riz ou de nouilles, accompagne votre premier repas en Asie. Les khao tom, congee, kuey tiao ou autre phở seront la base de votre petit déjeuner, à moins que votre hôtel ou guest-house ne propose les œufs frits-toasts réglementaires, propres aux voyageurs anglo-saxons...

( photo : Andrew Crumb, CC AS 2.0 Generic )
Mais après avoir survolé la Birmanie, la Thaïlande, le Vietnam et la Chine, revoici le Canard hors de ses eaux de prédilection, plus au sud pour déguster le plat national de Malaisie, le nasi lemak qu'on pourrait traduire par riz riche ( en saveurs ! )...

Un plat qui fleure bon le terroir du kampung, le village malais où sont récoltés piments et épices du cru pour préparer la sauce pimentée sambal, rappelant quelque peu la base aromatique du bœuf rendang, et le riz... cuit riche au lait de coco !

 Le nasi lemak est servi à l'origine au petit déjeuner mais devant son succès populaire, on peut le trouver à toute heure du jour et de la nuit au restaurant ou à emporter, empaqueté dans une feuille de bananier. L'en-cas idéal du voyageur...

 ( photo : cool, CC AS 2.0 Generic )
Ce plat est assez voisin du nasi kandar de Penang à base de curry ou d'une autre spécialité de Malaisie, le nasi dagang ( nasi signifie riz... ) qu'on peut trouver localement avec des pickles et dont l'un des ingrédients est du poisson tandis que notre recette est à la base composée de petits anchois séchés... ( à dénicher au rayon surgelés de votre épicerie asiatique )

 Les globe-trotters au long cours ayant séjourné en Indonésie se rappelleront peut-être que dans l'archipel aux mille îles, vous dégustez une assiette de riz très proche, le nasi uduk. Mais en Malaisie, le nasi lemak est devenu à ce point une telle institution que le gouvernement malaisien a décidé l'année dernière de limiter sa consommation dans les cantines!

 ( photo : Shura, CC AS 2.0 Generic )
La désignation de ce mets fort calorique se passant de commentaires ( 496 calories en moyenne par assiette... ), le Straits Times, journal de Singapour repris par Courrier International, signalait que les autorités dans le cadre de la lutte contre l'obésité avait suggéré de ne servir ce plat qu'une à deux fois par semaine à l'école.

( photo : Mw12310, CC AS 3.0 Unported )
Car le nasi lemak peut se servir nature en quelque sorte... avec les accompagnements habituels ( cacahuètes, petits anchois frits, œuf dur et tranches de concombre ) mais aussi avec du poulet tandoori ou du poisson... ce qui fera du coup un repas complet assez consistant...

( photo : Takeaway, CC AS 3.0 Unported )
Pour ceux qui aiment bien les plats en sauce relevés à souhait avec moult épices, histoire de se réchauffer en prévision de la froidure automnale qui ne saurait tarder... rendez-vous encore prochainement à cette adresse pour d'autres recettes malaises et indonésiennes... 

( photo : Midori, CC AS 3.0 Unported )
En attendant, prenez le temps d'un petit déjeuner à Kuala Lumpur avec cette préparation largement inspirée du blog très bien nommé Nasi Lemak Lover où l'on vous indique aussi comment plier le résultat de votre travail dans la feuille de bananier. 

 ( photo : Meursault2004, CC AS 3.0 Unported )
Notre recette est proposée sans arachides, question de goût, rien ne vous empêche bien sûr d'en rajouter à la dégustation... Le riz est souvent cuit sinon avec des feuilles de pandanus, à dénicher !

Temps de préparation : 1 H
Ingrédients pour 5 personnes :

pour la sauce :
20 g de piments séchés
1 oignon blanc + 1 autre au final
3 gousses d'ail
30 g de petits anchois séchés
1 cuillère à café de pâte de crevette
1 morceau de gingembre ( taille d'un pouce )
1 cuillère à soupe de concentré de tamarin
20 cl d'eau
1 cuillère à soupe de sucre
1/2 cuillère à café de sel

pour le riz :
 500 g de riz parfumé
40 cl de lait de coco + eau
1 morceau de gingembre ( taille d'un1/2 pouce )
1 bâton de citronnelle
1 cuillère à café de sel

pour la garniture :
1 concombre
3 oeufs durs
petits anchois séchés ou poisson frais à griller
arachides grillées ( facultatif ).

Préparation :
Etape 1 plonger quelques mn dans de l'eau chaude les piments secs que vous aurez ouvert en enlevant les graines ( si vous souhaitez bien pimenté, les garder ) et éplucher le gingembre, un oignon et l'ail que vous hacherez grossièrement. 

 Avec un mortier et un pilon ou à l'aide d'un robot piler l'ail, le gingembre, l'oignon ainsi  que les piments réhydratés jusqu'à avoir une pâte homogène. A la fin, mélanger avec la pâte de crevette.

Etape 2 rincer à l'eau les anchois à égoutter ensuite et que vous ferez frire dans l'huile : dès qu'ils sont dorés, les retirer sur du papier absorbant. Éplucher l'autre morceau de gingembre ( pour le riz ) que vous hacherez finement, faites de même pour le 2e oignon et détailler en lamelles. Enlever la première écorce de la tige de citronnelle, couper les extrémités et faire 3, 4 tronçons.

Etape 3 avant de préparer la sauce, on va cuire le riz : le laver dans l'eau, l'égoutter puis le disposer dans une casserole à fond épais avec le lait de coco ajouté à un peu d'eau pour avoir un niveau de liquide au-dessus d'environ 1 cm. 

 Mettre ensuite la citronnelle, le gingembre haché et le sel puis amener à l'ébullition en mélangeant régulièrement : couvrir et faire cuire 30 mn environ à feu doux en mélangeant encore en cours de cuisson.
Etape 4 préparer pendant ce temps la sauce en versant à feu moyen 3 cuillères à soupe d'huile dans un wok  pour faire revenir la pâte d'épices pendant quelques mn jusqu'à ce qu'elle soit sèche puis verser l'eau, baisser le feu en ajoutant les petits anchois et en assaisonnant avec le tamarin, le sel et le sucre : mettre à présent les rondelles d'oignon, faire mijoter quelques mn jusqu'à avoir une sauce épaisse, goûter et rectifier l'assaisonnement puis réserver.

Etape 5 préparer la garniture en écalant les œufs, en épluchant partiellement le concombre que vous détaillerez en tranches. Faire frire du poisson éventuellement pour chaque convive ou refaire frire une petite part d'anchois.

 Dès que le riz est cuit, refaire chauffer la sauce : prendre une assiette, mettre une part de riz, de la sauce au-dessus et à côté, des tranches de concombre, du poisson et des quartiers d’œuf dur ainsi que des cacahuètes, le cas échéant... Dégustez !


Retrouvez toutes les étapes de cette recette en vidéo :

 
Voilà un plat typiquement malais dans la mesure où dans ce pays, il y a une forte minorité chinoise qui prépare le nasi lemak à leur façon avec notamment une version à base de porc haché... Et après-demain soir dimanche, 15e jour du 8e mois lunaire... cette communauté comme nombre de Coréens, Japonais et Vietnamiens notamment fêteront Dame Lune.

Cette fête de l'Automne est symbolisée par des retrouvailles familiales, des offrandes et une visite à la pagode sans oublier les danses du Dragon... Mais l'une des attractions de cette fête est la multitude de lanternes et de décorations proposées à cet effet car on se promène dehors pour admirer la pleine lune.

Une croyance affirmant que regarder la lune... donne faim... de nos jours, le barbecue peut aussi s'inviter à cette soirée faste en symboles... Mais côté table, il n'est pas de Fête de l'Automne sans la traditionnelle dégustation de gâteaux de lune.

Ces gâteaux de lune, quelquefois salés mais généralement sucrés, que vous trouvez depuis plusieurs semaines dans votre épicerie asiatique préférée sont de forme ronde ou rectangulaire avec des idéogrammes sur le dessus parlant de longévité ou d'harmonie. La farce très conséquente de ces fameux gâteaux qui tiennent bien au corps... est à base de farine de blé, de haricots mungo ou de lotus notamment et d’œuf avec un arôme supplémentaire.

( photo : morning_rumtea )
Hélas, la politique s'invite à la table... avec le récent conflit des Iles Diaoyu / Senkaku car Chinois et Japonais s'invectivent actuellement en s'attribuant la propriété de ces ilots perdus en mer, point  stratégique sur les routes maritimes et dont les sous-sols renfermeraient de grandes réserves d'hydrocarbures.

( photo : Ministry of Land, Infrastructure, Transport and Tourism )
Une pâtisserie du Guangxi, une région chinoise autonome proche du Vietnam, propose aujourd'hui  pour la Fête... des gâteaux de lune dont les inscriptions ne font pas dans la nuance... " A bas le petit Japon ! " ou " Chassons le petit Japon "...

 ( photo : LungSanLau, CC AS 3.0 Unported )
La poésie repassera... Nous aussi.

vendredi 8 juin 2012

Riz Lo Mai Gai et Porc Bak Kwa

Spécial en-cas du week-end  pour parler des petites nourritures de table ou de comptoir, plus ou moins consistantes venant de la cuisine de la Chine du sud qui n'a pas son pareil pour préparer dim sum ou snacks sortant de l'ordinaire...

Cela faisait un petit moment que nous n'avions pas abordé notre long couplet sur les appétissants dim sum de Canton malgré notre petite parenthèse sucrée consacrée au savoureux pudding à la mangue, fleurant bon le soleil et parfumé à souhait.

( photo : zezebono, CC AS 2.0 Generic )
Et après vous avoir proposé différents types de raviolis ( har gau, jiaozi, siu mai ou wonton ) , ainsi que de pittoresques préparations comme les pieds de cochon au vinaigre noir ou les travers de porc à la vapeur, aux haricots noirs... nous revoici en cuisine pour préparer un des grands classiques des dim sum : le riz gluant au poulet, lo mai gai.

( photo sous CC AS 3.0 Unported )
Il s'agit d'une version simplifiée de ce plat que l'on trouve en Chine, à Hong-Kong, Singapour ou Taiwan dans les restaurants spécialisés ou certaines échoppes. Ce riz gluant, accompagné de poulet et de champignons parfumés, peut être garni également de châtaignes d'eau, de fruits de mer séchés ( noix de pétoncle, crevettes... ) ou de saucisse chinoise comme aujourd'hui.

( photo : T. Ong, CC AS 3.0 Unported )
Le riz gluant lo mai gai, qui peut être servi blanc ou assaisonné, est enveloppé à l'origine dans des feuilles de lotus afin d'imprégner toute la préparation de ses saveurs boisées. Pour plus de commodité, on trouve maintenant cette spécialité très prisée, cuite dans des bols ou des ramequins sans l'enveloppe végétale du lotus qui est aussi remplacée par des feuilles de bananier.

( photo : ClaudiaWooChen, CC AS 3.0 Unported )
Rien de tel que d'avaler une ration de lo mai gai au petit déjeuner avec votre thé oolong pour commencer du bon pied une journée chargée : côté calories et protéines... tout va pour le mieux, vous pourrez attendre sereinement le prochain repas ! Le riz gluant ayant cette " vertu " de caler l'appétit assez lourdement, il faut bien l'avouer...

 ( photo sous CC AS 2.5 China Mainland )
Ce dim sum n'est pas sans rappeler les traditionnelles préparations à base de riz gluant farci d'aliments divers et enveloppées dans des feuilles que l'on retrouve dans toute l'Asie comme les  zongzi chinois, les bacang malais ou les banh chung vietnamiens dans un format XL.

( photo : Augapfel, CC AS 2.0 Generic )
En tout cas, les dernières nouvelles en provenance du continent asiatique sont plutôt bonnes concernant le riz puisqu'on annonce à nouveau pour la troisième année consécutive, une récolte historique avec près de 470 à 490 millions de tonnes de riz blanc ( chiffres Usda et FAO ).

( photo : Pelayo2, CC AS 3.0 Unported )
Même après les inondations qui avaient durablement handicapé la Thaïlande, le premier exportateur mondial affiche une production historique mais devrait céder sa couronne à l'Inde et le Vietnam car après avoir subventionné de plus de 50 % le riz local, Bangkok a vu baisser ses exportations de 10,7 millions de tonnes à 6,5 millions prévus...

( photo : Palagret, CC AS 2.0 Generic )
Selon le journal Les Echos, deux autres pays devraient rentrer dans la danse des exportateurs : la Birmanie ainsi que le Cambodge, si leurs efforts pour moderniser la culture du riz et pour réformer leur politique, s'avèrent efficaces. Malgré la hausse de l'offre, le riz de qualité supérieure s'échange encore à des niveaux assez élevés, à 600 $ la tonne.

( photo : Franzfoto, CC AS 2.0 Generic )
Avant de faire la recette, pensez bien sûr à prévoir le temps de trempage du riz gluant qui nécessite 4 heures environ d'immersion dans de l'eau pour faciliter la cuisson des grains et la préparation de notre recette du jour.

Temps de préparation : 1 H 30
Ingrédients pour 5, 6 lo mai gai :

400 g de riz gluant
4 champignons shiitakés
125 g de poulet désossé
1 saucisse chinoise
1 cuillère à soupe de sauce d'huitre
0,5 cuillère à soupe de sauce de soja claire
0,5 cuillère à soupe de vin de riz
0.5 cuillère à soupe de maizena

Assaisonnement du riz :
1 cuillère à soupe d'huile de sésame
1 cuillère à soupe de sauce d'huitre
1 cuillère à soupe de sauce de soja claire
0,5 cuillère à soupe de sauce de soja foncée
1 cuillère à soupe de sucre.

Matériel :
Prévoir des ramequins ou des bols ainsi qu'un matériel vapeur.

Préparation :
Etape 1 bien laver le riz dans l'eau vive et dans un saladier durant 3 reprises. Laisser reposer pendant au moins 3 heures dans l'eau. Faire tremper pendant quelques mn les champignons dans de l'eau chaude jusqu'à ce qu'ils soient tendres puis rincer, couper les pieds et détailler en gros morceaux. Faire mariner le poulet qui sera découpé en autant de ramequins avec les sauces, le vin et la maïzena.

Etape 2 préparer l'assaisonnement du riz en mélangeant tous les ingrédients dans un saladier puis après avoir égoutté le riz gluant, l'incorporer dans le saladier en mélangeant bien. 

 Dans le matériel pour faire cuire le riz gluant assaisonné, l'eau doit bouillir. Cuisson du riz à la vapeur pendant environ une vingtaine de mn à feu doux, moyen.

 Etape 3  découper la saucisse chinoise en rondelles et huiler très légèrement les ramequins : placer au fond un morceau de champignon, 1 à 2 rondelles de saucisse et du poulet mariné cru. 

 Remplir ensuite complètement avec du riz gluant en tassant légèrement. Refaire de même sur tous les ramequins et faire chauffer à nouveau votre matériel vapeur : cuisson pendant 30 mn à feu moyen.

 Les ramequins vont se démouler assez facilement en tapotant le fond. Déguster bien chaud !

Recette assez facile d’exécution, bien inspirée par le blog Nasi Lemak Lover comme la suivante, pour ce dim sum fort gouteux pour sentir les saveurs de la saucisse chinoise parfumée à l'alcool de sorgho et à la rose, humer les senteurs boisées des champignons ainsi que tout l'assaisonnement contenu dans la chair de poulet et le riz gluant...

 ( photo : Maizeam, CC AS 3.0 Unported )
Deuxième plat à présent style snacking pour grignoter un petit morceau... direction les fourneaux après la cuisson à la vapeur afin de préparer un en-cas composé uniquement de... viande au goût sucré-salé, dans le plus pur style chinois.
Porc Bak Kwa

La viande séchée a fait partie des mets de base en Asie car  le soleil avait favorisé ce type de conservation et la dessiccation de la viande en l'absence de chaine du froid. Aujourd'hui, l’élévation du niveau de vie sur le continent a permis à la population de consommer davantage de viande fraiche et ce type de mets est réservé plutôt à quelques plats ainsi qu'à la pratique du snacking pour tous ceux qui apprécient une mastication franche et régulière...

( photo : indrani.net, CC AS 3.0 Unported )
Si dans le reste du continent, on parlera de rou gan, bak kwa est un mot du dialecte chinois hokkien pour désigner dans plusieurs pays d'Asie du Sud-Est, notre deuxième recette, une préparation de viande hachée et marinée que l'on fait sécher à haute température. 

( photo : Alpha, CC AS 2.0 Generic )
On prépare cette spécialité avec de la viande de bœuf ou de porc généralement bien qu'il y ait des variantes à base de mouton ou de poulet, en particulier dans les pays musulmans comme l'Indonésie et la Malaisie où vivent de nombreux Chinois.

( photo : Colocho, CC AS 2.5 Generic )
La coutume veut que l'on offre un paquet de bak kwa lors du nouvel an du calendrier chinois, pendant des célébrations et des mariages du fait de sa couleur rouge symbolique, appelant la bonne fortune. Le colorant alimentaire est quelquefois présent... et les boutiques vendant ce type de produit sont décorées  aussi par des teintes écarlates...

( photo : Mo707, CC AS 3.0 Unported )
Le bak kwa se consomme en morceaux à grignoter mais lorsque vous venez de le cuire, tout chaud, c'est moelleux et aussi très savoureux... l'occasion de le faire gouter à certains, peut-être rétifs à l'idée de consommer de la viande séchée. Vous pouvez aussi avoir cette texture en le faisant réchauffer un instant au micro-ondes.

En fait de séchage... il sera plutôt question de cuisson et de grill car tout se passera assez rapidement au four traditionnel ! Pour la viande de porc, prendre un morceau assez persillé avec un peu de gras, comme de l'échine.

Temps de préparation : 3 H
Ingrédients pour 5, 6 personnes

250 g de porc
50 g de sucre
1 cuillère à soupe de miel
0,5 cuillère à soupe de sauce de soja foncée
0,5 cuillère à soupe de sauce de poisson
0,5 cuillère à soupe de sauce d'huitre
1 pincée de cinq parfums.

Préparation :

Etape 1 préparer la viande en gardant le gras et en coupant en gros morceaux que vous passerez au hachoir, grille fine. Dans un grand bol, ajouter tous les autres ingrédients en poivrant et avec une pincée de sel. 

 Mélanger ensuite avec une paire de baguettes en tournant pendant cinq mn de façon à avoir un ensemble assez compact puis réserver au frais pendant 2 H. 

 Au bout du délai, préchauffer le four à 160 °C et sortir un plat allant au four d'environ 30 cm de longueur et 22 de large : à la main et avec les doigts, étaler la viande hachée pour avoir une couche rectangulaire et homogène très fine de quelques mm.

  Etape 2 faire cuire au milieu du four pendant environ 20 mn : sortir le plat et mettre en position grill. Avec un couteau ou autre, découper en 6 rectangles quand votre plaque de viande s'est un peu refroidie.

  Remettre ensuite le plat en haut du four pour faire griller la viande pendant 15 à 20 mn en changeant régulièrement de face et en surveillant attentivement à la fin, la tenue du bak kwa qui doit être légèrement grillé mais pas trop. Laisser refroidir avant de déguster.

D'autres facettes à découvrir de la cuisine asiatique ??? Canard, poulet et cochon vous attendent pour être préparés sous toutes les coutures si vous n'êtes pas encore repus... Entrez et goutez à tout... à de la cuisine cambodgienne, vietnamienne ou chinoise, la semaine prochaine !

( photo : Gilmensbazarch, CC AS 2.0 Generic )
Poussez la porte, vous êtes toujours les bienvenus !

Archives de blog

TAGS

abats (2) agneau (3) banane (8) blogging (8) boeuf (57) boisson (4) calamar (9) canard (20) champignons (8) charcuterie (9) conso (1) crabe (7) crevettes (33) dessert (41) dim sum (16) epices (11) épices (13) fruits (13) fruits de mer (16) gibier (1) herbes (5) lapin (2) légumes (26) marché (1) oeufs (10) pates (48) poisson (24) porc (91) poulet (70) restaurant (23) Riz (26) salade (20) Sandwich (6) sauce (7) soupe (38) tofu (8) traditions (20) veau (1) végétarien (3) video mv (5) video recette (126) vidéo recette (21) video voyages (5) Voyages (24)
© Copyright
Tous droits réservés