Affichage des articles dont le libellé est soupe. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est soupe. Afficher tous les articles

vendredi 6 février 2015

Poulet bouilli à la vietnamienne

Une recette très populaire lors du Nouvel an vietnamien qui comporte en fait deux plats avec la volaille à déguster avec du riz et une sauce au citron vert, poivre et sel puis une soupe confectionnée à partir du bouillon de poulet...


Savez-vous qu'il existe au Vietnam ( surtout dans le nord du pays ) comme en Chine... un " dieu  de la cuisine " ? Mais celui qui est appelé à Hà Nội ou Hải Phòng...Ông Táo,Táo Vương ou Táo quân... n'a rien de Monsieur Plus ou d'un bienfaiteur de l'humanité côté saveurs car dans cette ancienne croyance, les Vietnamiens pensent qu'il existe des forces supérieures dans les cieux, émanant d'un dieu suprême, l'Empereur de jade.


vendredi 5 avril 2013

Soupe taiwanaise au boeuf

Et un nouvelle soupe pour réchauffer l'atmosphère ? Pâques au tison... et voilà qu'arrive devant nous un grand bol de nouilles baignées dans un bouillon épicé de bœuf, pour renouer avec la cuisine chinoise ! Chaud devant...

La cuisine de Taiwan n'ayant jamais eu l'occasion de montrer sa qualité et sa diversité dans ces colonnes gourmandes, réparons vite cet outrage et évoquons séance tenante notre recette du jour, une soupe de nouilles au bœuf appelée Hong shao niu rou mian... trouvée dans le blog Tiny Urban Kitchen.

( photo : xiu×5, CC AS 2.0 Generic )
Dans la série " Quand on aime, on ne compte pas ", il s'agit en fait d'une autre version de cette spécialité chinoise  qu'on pourrait très sommairement comparer à un bœuf mode, le liquide et les épices en supplément sans parler des éternelles pâtes, cette fois-ci au blé.

mardi 5 mars 2013

Soupe thaie khao soi

Fans de laksa ou de khao poun, ne pas s'abstenir, c'est au tour de la Thaïlande aujourd'hui ! Entre curry et lait de coco, les nouilles contenues dans votre bol seront en bonne compagnie avec du poulet, des épices et de la coriandre... 

Nous revoilà dans les marmites sans fin du royaume de Siam ! Si vous appréciez déjà le classique tom kha khai, cette soupe thaïlandaise épicée aigre-douce au poulet et au lait de coco, notre recette du jour, le khao soi ou khao soy, un bouillon parfumé avec des nouilles et du curry, devrait aussi retenir toute votre attention.

( photo : Kate McKenna, CC AS 2.0 Generic )
Cela dit, après notre précédent curry d’œufs, on ne quitte pas tout à fait la Birmanie puisqu'on attribue au khao soi des origines shan  et comme souvent... les frontières gourmandes n'ont jamais de barrières dans cette partie de l'Asie sans parler de la prononciation car à l'origine ce plat birman est appelé Ohn no khau swè...

vendredi 11 janvier 2013

Boeuf thai Gaeng Ran Juan

En plein hiver, rien de tel qu'un bon plat chaud, relevé et parfumé... fort reconstituant en guise de paisible réconfort... Voici une invitation gourmande au voyage entre soleil et palmiers... la Thaïlande !
Une fois n'est pas coutume, on va s'inspirer de la recette d'un chef thaïlandais, Cann Tanaporn Markawat qui officie à Bangkok ( Sukhumvit, soi 23 ) dans le restaurant " The Local ", pour concevoir un plat de viande, tel un concentré du pays, appelé Gaeng Ran Juan.

( capture d'écran )
Vous retrouverez aussi dans ces colonnes, la recette d'un autre chef, Pongsak Siriphan qui s'occupe des cuisines d'un grand hôtel, le Tamarind Village à Chiang Mai, pour un savoureux  curry de canard aux litchis.

jeudi 3 janvier 2013

Soupe piquante et aigre

Dans la froidure de l'hiver et les agapes passées... rien de tel qu'une bonne soupe, simple à mettre en œuvre en profitant au chaud des derniers moments des vacances. Bienvenue en 2013 !

De grandes envies d'Asie à nouveau pour cette année ... en vacances ou en bons repas chez vous ou au restaurant !... c'est tout le mal que l'on pourrait vous souhaiter ! Car le temps des fameux vœux pieux est là où chacun se souhaite maintenant de bien belles choses en 2013.

( photo : dmitrysumin, CC AS 2.0 Generic )
 Aussi... en faisant preuve d'une originalité débordante... bonne année à tous ! Bonne santé et comme le disent généralement les Chinois avec leur à-propos légendaire, beaucoup, beaucoup de prospérité... selon la formule consacrée...

lundi 3 décembre 2012

Canard laqué vit quay et soupe

Encore une idée de plat de résistance pour vos futures agapes... sachant que dinde ou chapon ne font pas partie des paysages asiatiques... ce qui n'est pas le cas du canard dont les racines domestiques viennent de Chine...

 Voici une nouvelle version d'un plat, à n'en pas douter, emblématique de la cuisine asiatique. Car le canard laqué est extrêmement populaire dans les rôtisseries de Chinatown et les volatiles y sont soumis à un traitement de choc : assaisonnement, cuisson au four et couperet... avant de finir sur votre table.

 ( photo : Gisling, CC AS 2.0 Generic )
Après avoir travaillé sur le séchage de la peau grasse du canard pour avoir ce croustillant inégalable ou préparé une sauce parfumée d'accompagnement dans sa cavité dans ces différentes variations... nous voici au Vietnam pour continuer notre apprentissage ! La version locale s'appelle vịt quay.

 ( photo : lets.book, CC AS 2.0 Generic )
Pour être précis, la cuisine asiatique s'est quelquefois largement inspirée des préparations chinoises et la grande majorité des pays du continent dispose de recettes bien sûr propres à leur terroir ainsi que de plats sinisés plus ou moins revus aux goûts des autochtones.

( photo : isriya, CC AS 2.0 Generic )
Tel est le cas du canard qu'au Vietnam on désignera par vịt quay Quảng Đông, le canard laqué à la cantonaise et vịt quay Bắc Kinh pour la version pékinoise. Il faut dire que pendant très longtemps, la confection du canard laqué a toujours été l'affaire de la communauté chinoise et c'est encore largement le cas aujourd'hui.

 ( photo : zola-studio, CC AS 2.0 Generic )
Jadis, cette recette demandait un grand four où était consumé du bois d'arbre fruitier dans certains cas... on imagine que le matériel et les moyens manquants, il était plus simple de s'adresser au rôtisseur chinois du quartier pour se délecter de cette spécialité.

 ( photo : docsdl, CC AS 2.0 Generic )
Les foyers vietnamiens commencent de plus en plus à s'équiper d’électroménager avec l’élévation du niveau de vie mais le four n'est pas encore une priorité absolue car la cuisine y est surtout préparée au wok, dans une marmite ou à la vapeur.

( photo : n0r, CC AS 2.0 Generic )
Mais c'est en dénichant un vieux livre de cuisine de 1961 sur " Quelques recettes de cuisine chinoise et vietnamienne " par les Etablissements Ifd Hong Lien que l'idée m'est venue de vous présenter ce plat dont la préparation est extrêmement aisée.

( photo : peregrinari, CC AS 2.0 Generic )
La recette intitulée vịt quay est inspirée du canard à la cantonaise dans la mesure où l'on ne recherche pas à avoir une peau croustillante et fondante et l'influence de la Chine du Sud y est manifeste dans son mode de cuisson et de son assaisonnement aux cinq parfums et sauce soja.

( photo : panduh, CC AS 2.0 Generic )
Mais en ajoutant du nước mắm à la laque, la sauce de poisson apporte une saveur supplémentaire, proprement exquise !... Qui plus est, la simplicité de la recette qui ne nécessite pas d'étape de pré-cuisson facilite grandement  votre tâche et nul doute que pour vous aussi, ce vịt quay sera bientôt votre arme secrète en cuisine.
 
 L'application de la sauce en touches successives sur notre volaille lors de la cuisson  rappelle le travail de la laque, cette résine décorative très prisée en Asie dont cinq à une bonne dizaine de couches sont nécessaires pour produire un ouvrage de qualité.

 ( photo : Birgitta Seegers, CC AS 2.0 Generic )
Dans notre cas, point besoin d'autant de couches... 4 à 5 suffiront pour protéger notre délicat volatile des affres de la chaleur de la cuisson et avoir cette belle couleur ambrée si décorative. Pour le reste, place à la dégustation !
 
Temps de préparation : 1 H 45
Ingrédients pour 4 personnes :

1 canette
1 cuillère à café de 5 parfums
1 cuillère à soupe d'huile
2 cuillères à soupe de miel 
1 cuillère à café rase de sel
1,5 cuillère à soupe de sauce de poisson
1 cuillère à soupe de sauce de soja foncée ( ou claire )
1 cuillère à soupe de vinaigre de riz.

Préparation :
 
Etape 1 préparer le canard en enlevant les petits ailerons et les parties grasses à l'intérieur ainsi que sur le cou. Préparer ensuite la marinade : ajouter et mélanger dans un bol les 5 épices, le miel, les sauces de soja et de poisson avec du vinaigre de riz.  

 Préchauffer le four à 220°C puis mélanger dans un bol le sel avec l'huile et badigeonner votre canard à la main. Préparer un plat allant au four avec éventuellement une grille pour reposer le canard et au fond un peu d'eau pour éviter que la graisse brule.

Etape 2 mettre le canard au bas du four pendant 20 mn, le sortir en enlevant la graisse du plat et en remettant un peu d'eau. Mettre le four à 180°C : sur un plan de travail, à l'aide d'un pinceau, laquer et retourner le canard puis enfourner pour une dizaine de mn.

  Vous badigeonnerez ensuite à nouveau de laque et retournerez le canard : refaire cette opération 2, 3 fois en comptant 1 H 15 au moins à partir de la cuisson à 180 °C

Etape 3 vers la fin, bien surveiller le four : penser à baisser la température le cas échéant ou à envelopper votre canard selon l'état de la peau qui doit être bien rôtie mais pas brûlée. Le sortir et laisser reposer 10 mn au moins avant la découpe. 

 Récupérer dans le plat les jus de cuisson que vous mélangerez avec ce qui reste de la laque pour en faire une sauce d'accompagnement. A déguster avec du riz ou des nouille sautées !

 Si vous souhaitez faire la recette qui suit, pensez à assurer la découpe de ce rôti en désossant et en gardant toute la carcasse pour constituer la base de votre bouillon. Assez souvent, dans les restaurants spécialisés, on peut servir le canard en deux, trois services : peau croustillante, la chair sautée au wok avec des nouilles sans oublier la soupe confectionnée à partir des os.

Soit vous faites une grande soupe avec quelques légumes et profitez des saveurs de ce bouillon tout simple... soit vous décidez de remettre un petit peu d'huile de coude afin de préparer maintenant une soupe de nouilles très nourrissante.

Soupe Mi Vịt Quay

Le Vietnam est un des grands paradis de la street food, en particulier pour la qualité de ses soupes de nouilles dont l'évocation des phở, des hủ tiếu ou des soupes achèvent de mettre en transes certains gourmets.

( photo : noodlepie, CC AS 2.0 Generic )
La soupe dans ce pays est désignée par le type de pâte employée comme le hủ tiếu qui est à la base une pâte de riz avec une forte proportion de fécule de tapioca. Pour le mì, il s'agit d'une pâte de blé assez fine d'origine chinoise que l'on retrouve dans différentes préparations au sud et surtout au centre du Vietnam.

( photo : Houston Marsh, CC AS 2.0 Generic )
Le est aussi cette pâte que vous dégustez en Thailande ( ba mee ) ou en Malaisie entre autres ( mee ), signe du dynamisme de la diaspora chinoise en Asie du Sud-Est. Cette recette est d'ailleurs fortement influencée à nouveau par la cuisine de Chine du Sud avec le cas échéant une note plus épicée si vous ajoutez du gingembre dans le bouillon au départ ou parsemez votre bol de piment frais au final.

( photo : noodlepie, CC AS 2.0 Generic )
On peut aussi appeler cette soupe Mì vịt tiềm avec quelques petites variations à la clé mais il s'agira toujours d'un bouillon de canard avec nos pâtes en question, des champignons et quelques légumes. Certains apprécient aussi d'y mettre quelques ingrédients un rien insolites comme des jujubes, les dattes locales, des graines de lotus ou des noix de gingko.

Ingrédients pour 2 grands bols ou quatre petits :

1 carcasse de canard laqué et os
Quelques os de poulet
1 morceau de gingembre
2 cuisses de canard laqué
2 feuilles de chou chinois
4, 5 champignons secs shiitakés
200 g de fines nouilles de blé ( mi ou somen )
1,5 litre de bouillon d'eau
1 cuillère à soupe de sauce de poisson
1 cuillère à soupe de sauce de soja claire
1 cuillère à café de sel
1/2 cuillère à café rase de 5 épices ( facultatif )
2,3 tiges d'oignon vert
Quelques brins de coriandre
1/2 citron vert, piment frais en option.

Préparation :
Etape 1 faire chauffer de l'eau pour réhydrater les champignons en 10 mn d'immersion et préparer le bouillon de volaille en faisant mijoter la carcasse et les os ( canard, poulet ) dans 1,5 litre d'eau pendant une heure minimum à compter de l'ébullition, à feu doux et à découvert.

Assaisonner au départ le bouillon ( sauces de poisson et de soja ), ajouter les champignons en cours  et rectifier à la fin avec le sel et les cinq parfums éventuellement. Laisser refroidir ensuite, écumer, dégraisser puis débarrassez-vous des os en filtrant plusieurs fois le bouillon.

Etape 2 nettoyer les légumes, détailler le chou en morceaux, hacher finement l'oignon vert ainsi que la coriandre. Ensuite, soit vous désossez les cuisses pour avoir uniquement des morceaux de chair, soit vous coupez cuisse et avant-cuisse en conservant l'os.  

 Faites cuire enfin vos nouilles en respectant les indications du paquet. Remettre sur le feu le bouillon en ajoutant le chou avant de dresser les bols.

Etape 3 dès que c'est  bien chaud, réchauffer le canard dans le bouillon avec un chinois et répartir les nouilles de blé dans les bols en les réchauffant également dans le liquide. 

Remettre dans chaque bol puis verser du chou, des champignons et ajouter du canard et le bouillon brûlant. Terminer en parsemant d'oignon vert et de coriandre. C'est prêt... avec éventuellement du piment frais et un trait de citron !


Retrouvez toutes les étapes de ces recettes en vidéo :



Après l'effort, le réconfort d'une bonne soupe revigorante par ces temps froids... ça fait du bien... Bon appétit !
 
( photo : lecercle, CC AS 2.0 Generic )

lundi 16 juillet 2012

Soupe vietnamienne Bun thang

Si vous partez en vacances... à Hanoi ou Hà Nội... comme on l'écrit là-bas, ne manquez pas cette énième spécialité du Vietnam qui n'a pas à rougir de la comparaison avec les autres soupes locales... Bún bò Huế... Hủ tiếu... Phở bắc... etc

Quelqu'un a sorti le jeu de mot Viet Miam pour Việt Nam... C'est vrai que c'est un grand lieu commun... mais l'une des choses les plus agréables à faire au Việt Nam comme dans nombre de pays d'Asie du Sud-Est est certainement de se sustenter...!

 ( photo : Alexandre Paris, 2.0 Generic )
Il suffit de se promener en ville, d'ouvrir les yeux et avec un lexique, de visualiser l'offre gourmande des restaurants pour comprendre que la capitale vietnamienne ne vous permettra pas de perdre des kilos... Tant mieux d'ailleurs, histoire d'avoir à vous alimenter en recettes de toute sorte...

( photo : Z. Phuong, CC AS 2.0 Generic )
Dans cette ville fondée au 11e siècle, proche du delta du Fleuve rouge nourricier, de la mer et des provinces chinoises du sud, s'est façonnée au cours du temps une cuisine typique et originale qu'on connait davantage grâce à l'engouement de la soupe phở en Occident.

( photo : andreakw, CC AS 2.0 Generic )
La cuisine locale a la réputation de jouer sur les saveurs salées, acides, amères, d'être assez équilibrée et de ne pas être très épicée... le piment sera servi à part et le sucre est banni de nombre de préparations : les puristes rappellent que dans les bouillons, comme celui du phở ou de notre recette du jour, on ne met pas de sucre !

( photo : nguyenduong, CC AS 2.0 Generic )
C'est au sud du pays d'ailleurs qu'on apprécie les saveurs plus sucrées et plus épicées. On y sert aussi avec le phở, une assiette de crudités comportant des ingrédients spécifiques selon Le Courrier Du Vietnam, comme le basilic thaï ou les germes de haricots mungo.

 ( photo : kudumomo, CC AS 2.0 Generic )
Depuis, c'est une pratique qui s'est généralisée aujourd'hui dans nombre de restaurants vietnamiens quand on sert cette soupe. A Hà Nội, retour au basique : dans l'assiette, du citron, quelques herbes aromatiques,  du piment... et puis le bocal de glutamate pour les intimes...

( photo : reeveb, CC AS 2.0 Generic )
Si vous êtes un grand fan de cette soupe de nouilles et que vous ne pouvez pas vous en passer... sachez que  Pham Tiên Tiêp a remporté récemment le titre de meilleur barman du Việt Nam en créant un cocktail au parfum du phở... 

( photo : phswien, CC AS 2.0 Generic )
On vous l'accorde... il n'y a que là-bas qu'on voit çà ! Badiane, cardamome, cannelle, coriandre et vin se retrouvent dans le breuvage que vous pouvez déguster en admirant la dextérité du jeune homme au bar de l’hôtel Métropole à Hà Nội !

( photo : P. Garnhum, CC AS 2.0 Generic )
Devant la renommée de cette soupe, on peut comprendre que notre recette du jour, le Bún thang soit dans l'ombre en cuisine : vous aurez certainement du mal à trouver cette spécialité dans les restaurants vietnamiens en France, peut-être bien à cause de la concurrence du phở au poulet à la carte...

( photo : noodlepie, CC AS 2.0 Generic )
Raison de plus de faire cette recette qui demande pas mal d'ingrédients mais est très facile à réaliser. Une petite leçon de vietnamien ??? C'est plus facile à écrire qu'à parler... Bún désigne le vermicelle de riz comme Bò Bún, ce plat complet avec des crudités et du bœuf, devenu un classique asiatique dans l'hexagone.

( photo : Nguyen Thanh Quang, CC AS 3.0 Unported )
Le mot thang désignant avec le vermicelle cette soupe, est d'origine chinoise : on trouve à l'intérieur de notre bol fumant, du poulet, de la mortadelle vietnamienne giò ou chả lụa ainsi que de la poudre de crevettes et de l'omelette, le tout baignant dans un bouillon parfumé avec quelques herbes.

( photo : noodlepie, CC AS 2.0 Generic )
Comme plusieurs plats du nord du Việt Nam, cette soupe est aromatisée en option... avec la très odorante pâte de crevettes mắm tôm et d'une essence d'insecte rarissime, le cà cuống... une essence phéromone qu'on trouve sur de grosses punaises d'eau mâles pour attirer les femelles.

 ( photo : Takoradee, CC AS 3.0 Unported )
Ces insectes vivant en Asie, appartiennent  à la famille des bélostomes et sont en voie d'extinction : il vaut mieux maintenant se passer de cet ingrédient qui atteint des sommets côté prix ou essayer un succédané chimique, artificiel...

( photo : mattvn, CC AS 2.0 Generic )
Dans la capitale vietnamienne, vous trouverez une multitude de plats commençant par Bún, illustrant l'importance des pâtes à base de riz : Bún ốc ( avec des escargots ), Bún đậu ( avec du tofu frit et de la pâte de crevettes ), Bún chả ( avec des grillades de porc ) ou Bún riêu cua ( avec de la mousse de crabe ) etc...

( photo : noodlepie, CC AS 2.0 Generic )
La raison est que les pâtes de riz demandant moins de céréales, on a privilégié l'alimentation à base de riz via les nouilles pour des raisons économiques de pénurie, dans le temps. Ainsi le riz blanc est plutôt réservé pour le repas du soir...

( photo : Hanoi Mark, CC AS 2.0  Generic )
Bien sûr, devant leur succès, on trouve la plupart de ces plats le soir... Il est vraiment difficile de faire un régime là-bas ! Si vous ne mangez pas de porc, vous pouvez ne mettre que des os de poulet et acheter dans les supermarchés asiatiques du pâté vietnamien qui existe au bœuf. A défaut... du jambon de volaille fera l'affaire.

 ( photo : IRLI, CC AS 2.0 Generic )
Certains d'entre vous ont effectivement du mal à faire les recettes du fait de la spécificité des ingrédients pour pas mal de préparations : aujourd'hui, vous ne devriez pas avoir trop de difficultés, même en vous approvisionnant dans un hypermarché classique.

( photo : M. Foley, CC AS 2.0 Generic )
Acheter par exemple des vermicelles de blé type capellini ou faire la poudre de crevettes avec des crustacés frais et cuits que vous allez réduire en poudre puis assaisonner d'un peu de sauce de poisson avant de passer à la poêle.

Temps de préparation : 2 H
Ingrédients pour 6 personnes :

1 coquelet ou 2 cuisses
2,5 à 3 L d'eau
1 oignon blanc
750 g d'os de porc et de poulet
400 à 500 g de vermicelles de riz bun
1 œuf
2 tranches de pâté vietnamien gio
2 cuillères à soupe de sauce de poisson
1 petite cuillère à soupe de sel
4 cuillères à soupe de crevettes séchées ( facultatif )
3, 4 tiges d'oignons verts
1/2 botte de coriandre ou de " menthe laksa " rau ram
1 pot d'échalotes frites ( facultatif )
1 à 2 cuillères à café de pâte de crevettes mam tom ( facultatif )
1 citron.

Préparation : 
Etape 1 préparer tout d'abord le bouillon qui nécessite 1 H, 1 H 30 de cuisson : faire chauffer l'eau dans un grand faitout et rincer les os et le poulet à l'eau vive, égoutter puis ajouter à l’ébullition avec 1 cuillère à soupe de crevettes séchées et l'oignon blanc épluché et détaillé. 

 Couvrir pour une demi-heure à feu doux : écumer régulièrement et au terme, assaisonner avec la sauce de poisson et le sel, continuer à faire mijoter  pendant 40 mn en ajoutant le coquelet. 

 Faire mijoter toujours à couvert et à feu doux : dégraisser et écumer. Nettoyer et hacher grossièrement l'oignon vert et la coriandre ( ou l'herbe rau ram ).

Etape 2 enlever ensuite la volaille puis filtrer le bouillon en sortant les os avec une passoire et un linge propre ( type mousseline ) : remettre le bouillon dans le faitout en continuant à dégraisser. 

 Gouter au bouillon, rectifier l'assaisonnement et rajouter au besoin un peu d'eau. Préparer l'effiloché de crevettes en trempant 3 cuillères à soupe de crevettes séchées dans un petit bol d'eau tiède pendant 15 mn. 
 Verser l'eau de trempage dans le bouillon, égoutter puis écraser les crevettes dans un mortier avec un pilon ( ou au robot ) pour avoir une pâte. Ensuite, dans une poêle antiadhésive, étaler à feu doux et remuer avec des baguettes pour sécher et aérer : vous obtiendrez cet effiloché de crevettes.

Etape 3 quand le coquelet est froid, enlever la peau et avec les doigts, déchiqueter la chair pour avoir de fines lanières de volaille. 

 Casser et battre un œuf dans un bol avec un filet de sauce de poisson, verser un peu d'huile dans un wok puis faire cuire l'omelette en étalant le plus possible : quand c'est cuit, l'étaler sur une planche et laisser refroidir. 

 Rouler cette omelette et avec un couteau aiguisé, couper en fines lamelles. Détailler aussi le pâté vietnamien pour obtenir de fines allumettes de charcuterie. 

Etape 4 préparer la sauce à la pâte de crevettes en mélangeant dans un bol la pâte mam tom avec du jus de citron et un zeste de sucre : touiller jusqu'à avoir un résultat homogène et à peine liquide. 

 Réchauffer le bouillon et faire cuire également le vermicelle de riz selon les indications du paquet, arrêter la cuisson en égouttant et en arrosant d'eau froide en remuant l'ensemble. 

 Dans chaque grand bol par personne pour le dressage : mettre une portion de vermicelle de riz, un peu d'omelette, de paté vietnamien et de poulet émincé, arroser généreusement de bouillon chaud puis parsemer d’effiloché de crevettes, d'herbes aromatiques et d'échalotes frites. 

 Pour le final, poivrer et éventuellement ajouter une petite cuillère de sauce mam tom pour les aficionados... Mangez maintenant !!!


Retrouvez toutes les étapes de la recette en vidéo :

Qu'il fasse 40 °C ou un petit 15° comme cela arrive en hiver dans le nord, tout le monde mange de la soupe  au Việt Nam ! Cela fait grandir comme chacun sait... le Vietnamien moyen faisant aujourd'hui  1,64 M pour les hommes et les femmes 1,53 M, les autorités estiment qu'en 2020, la gent masculine prendra 3 cm de plus et les dames 4cm... ( étude du ministère de la Santé ).

 ( photo : bethanne j, CC AS 2.0 Generic )
On change de menu ce week-end... au revoir Hà Nội... c'était le Việt Nam !

 ( photo : fabianmohr, CC AS 2.0 Generic )

Archives de blog

TAGS

abats (2) agneau (3) banane (8) blogging (8) boeuf (57) boisson (4) calamar (9) canard (20) champignons (8) charcuterie (9) conso (1) crabe (7) crevettes (33) dessert (41) dim sum (16) epices (11) épices (13) fruits (13) fruits de mer (16) gibier (1) herbes (5) lapin (2) légumes (26) marché (1) oeufs (10) pates (48) poisson (24) porc (91) poulet (70) restaurant (23) Riz (26) salade (20) Sandwich (6) sauce (7) soupe (38) tofu (8) traditions (20) veau (1) végétarien (3) video mv (5) video recette (126) vidéo recette (21) video voyages (5) Voyages (24)
© Copyright
Tous droits réservés