Affichage des articles dont le libellé est video recette. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est video recette. Afficher tous les articles

vendredi 14 novembre 2014

Poulet Gong Bao


 Aujourd'hui deux recettes pour illustrer notre propos et parler de cuisine du Sichuan ainsi que de ses plats qui disent non au consensus mou et à l'eau tiède...! Du piment, du poivre, encore du piment... vous avez déjà un aperçu de ce qui nous attend... éloignez les enfants, de grâce !


Pour avoir une idée des plats et de leur force pimentée, Wilbur Scoville aurait été inspiré de s'exiler à Chengdu ou Chongqing, dans cette région centrale de Chine plutôt que de rester aux Etats-Unis, ce scientifique aurait peut-être même apprécié nos préparations épicées aujourd'hui.

mercredi 29 octobre 2014

Poulet thaï Kai Yang Khamin

Une succulente recette de barbecue pour profiter des derniers rayons de soleil mais que ceci ne vous empêche pas de vous commettre en cuisine à l'aide d'un four... à défaut !


On se souvient toujours des premières fois... et la Thaïlande est la contrée où j'ai fait connaissance non sans émotion avec le continent de mes racines à près de 30 ans... Depuis, c'est certainement le pays d'Asie où j'ai le plus traîné mes guêtres de par sa situation centrale idéale, en particulier pour qui veut rayonner aux alentours...
Cambodge, Laos, Malaisie ou Vietnam un peu plus loin et maintenant, on peut aller assez aisément en Birmanie.

vendredi 14 février 2014

Gai tod, le poulet frit thai

Encore une recette de poulet ? Au diable le virus H1N1... quand on aime... on ne compte toujours pas, d'autant plus que ces effluves parfumées et fort appétissantes nous proviennent des cuisines de Thaïlande...

On se retrouve avec bonheur dans les douceurs de l'Asie du Sud-Est, loin de la pluie et du froid pour la plupart d'entre nous, engoncés dans nos épaisseurs de circonstance à attendre l'accalmie... Histoire de bien remuer le couteau dans la plaie, il faisait cet après-midi 30 °C et un soleil presque radieux à Bangkok !

jeudi 12 décembre 2013

Poulet croustillant

 Une recette toute simple  pour ce classique qui rappelle immanquablement d'ailleurs les poulets du général Tso et au citron... déjà parus dans ces colonnes. Quand on aime... on ne compte plus !

 Faut-il aller en Chine pour avoir le choix et la qualité d'une bonne cuisine chinoise...? Cette question volontairement provocatrice trouve bien sûr un écho favorable aux États-Unis où vivent les plus importantes communautés asiatiques hors de leur continent d'origine avec ses besoins si spécifiques en matière culinaire...

lundi 25 novembre 2013

Boeuf aux champignons et gingembre

Une recette de fin de saison quand les températures commencent à inciter à rester chez soi... pour faire de bons petits plats avec les produits de l'automne...

 Cette saison 2013 ne figurera pas dans les annales ! De mémoire de chercheur hexagonal de champignons, ce fut maigre... bien qu'on trouve toujours de quoi remplir son panier de tous les trésors que les bois peuvent nous réserver au fil d'un fossé ou d'une clairière. Cèpes et autres oronges, à l'année prochaine...! Les plus tenaces braveront la bise hivernale naissante en continuant de traquer chanterelles, girolles, pieds de mouton et autres trompettes.

vendredi 5 avril 2013

Soupe taiwanaise au boeuf

Et un nouvelle soupe pour réchauffer l'atmosphère ? Pâques au tison... et voilà qu'arrive devant nous un grand bol de nouilles baignées dans un bouillon épicé de bœuf, pour renouer avec la cuisine chinoise ! Chaud devant...

La cuisine de Taiwan n'ayant jamais eu l'occasion de montrer sa qualité et sa diversité dans ces colonnes gourmandes, réparons vite cet outrage et évoquons séance tenante notre recette du jour, une soupe de nouilles au bœuf appelée Hong shao niu rou mian... trouvée dans le blog Tiny Urban Kitchen.

( photo : xiu×5, CC AS 2.0 Generic )
Dans la série " Quand on aime, on ne compte pas ", il s'agit en fait d'une autre version de cette spécialité chinoise  qu'on pourrait très sommairement comparer à un bœuf mode, le liquide et les épices en supplément sans parler des éternelles pâtes, cette fois-ci au blé.

mardi 12 mars 2013

Nouilles croustillantes Mi Xao

Les pâtes, qu'elles soient à base de blé, de riz ou de soja notamment sont parmi les plats populaires les plus prisés en Asie de par la variété des mets proposés... en soupe, en salade, en sauté ou en friture comme la recette du jour !

Notre période pasta touche à sa fin avec cette ultime recette de nouilles croustillantes, frites dans un peu d'huile qui offre un beau contraste de texture entre les aliments de la garniture, les pâtes durcies par la cuisson et la sauce qui les ramollira au fur et à mesure.

( photo : randomwire, CC AS 2.0 Generic )
Après le Vietnam ( Mì Quảng ) et la Thaïlande dernièrement ( Khao Soi ), restons dans notre pré carré du Mékong pour le premier pays cité en passant par la Chine car la recette présentée aujourd'hui fait partie des spécialités sino-vietnamiennes incontournables.

vendredi 25 janvier 2013

Le Banh Chung du Tet

C'est probablement le mets le plus important au Vietnam que l'on se doit d'avoir sur sa table durant la Fête du Tết, les célébrations du nouvel an lunaire, au côté d'autres plantureuses nourritures... Les retrouvailles en famille ça creuse !

L'effervescence doit aller crescendo de l'autre côté du globe, là où est fêté ce qu'il est convenu d'appeler le nouvel an du calendrier chinois, plutôt que le " nouvel an chinois "... qui repose sur un système calendaire particulier.

( photo : Ha-Wee, CC AS 2.0 Generic )
Ce calendrier se base sur le cycle solaire ainsi que les phases lunaires, d'où les dates changeantes chaque année pour les grands évènements, comme la nouvelle année qui aura lieu dans quelques jours,  le 10 février ( en 2014, le nouvel an est prévu le 31 janvier... ).

vendredi 14 décembre 2012

Raviolis frits ou bouillis, c'est vendredi...

Les nourritures réconfortantes sortent toujours des chaudes marmites que l'on prépare en hiver... roboratives, savoureuses, un rien épicées... afin de cocooner tranquillement en regardant de la fenêtre les congères... 

Ne pensons pas maintenant aux calories superflues qui pourraient nous envelopper fort à propos, en cette fin d'année marquée par une première offensive du général Hiver. Wontons ou jiaozis... voici le retour des raviolis.

( photo : Magalie L'Abbé, CC AS 2.0 Generic )
De manière générale, les raviolis asiatiques sont plutôt proposés en version light de par le mode de cuisson, à l'eau ou à la vapeur. Mais autant avouer ce petit péché... les raviolis frits, bien qu'ayant nagé entre deux flots de matières grasses comme les fish and ships, sont un pur délice en bouche.

( photo : .the guarded eye, CC AS 2.0 Generic )
Le croustillant de la pâte apporte une belle texture au goûter, susceptible de faire de la concurrence aux samoussas et autres beignets. A la base, les raviolis sont surtout connus en mode dim sum et en cuisson vapeur.

( photo : GlobalCitizen01, CC AS 2.0 Generic )
Les wontons sont les petits dumplings cantonais du sud par rapport aux raviolis pékinois plus massifs appelés jiaozis.  En Chine du sud, la soupe de wontons est l'un des grands classiques qui a été popularisé dans le monde entier.

( photo : noodlepie, CC AS 2.0 Generic )
Dans sa version frite plus récente, le blog Christine's Recipes rappelle que ces wontons permettaient d'accommoder les restes de plats à la sauce aigre-douce, en particulier à base de porc et de fruits de mer. La sauce de trempage était finalement toute désignée !

( photo : teismdoar2, CC AS 2.0 Generic )
Notre recette du jour est à base uniquement de porc ainsi que de champignons shiitakés pour la farce mais rien ne vous empêche de faire 50/50 avec de la chair de crevettes ou de pétoncles entre autres, en suivant notre recette antérieure de soupe de wontons. L'Asie apprécie d'ailleurs beaucoup le mélange viande-produits de la mer.

( photo : Tricia Wang, CC AS 2.0 Generic )
Comme de bien entendu, vous pouvez zapper le porc par de la volaille ou en faire une savoureuse version végétarienne en détaillant plus de champignons et d'autres légumes... puisqu'en respectant l'esprit des wontons, votre créativité... et votre stock disponible feront le reste.

( photo : missmeng, CC AS 2.0 Generic )
Par rapport à nos dernières préparations, point trop besoin de courir toutes les épiceries en ville pour cette recette car l'assaisonnement sera simplement assuré par de la sauce de soja, une pincée de sucre, du poivre ainsi que du vin de cuisine chinois à base de riz et de céréales. A défaut, du vin blanc fruité ou mieux, du vermouth fera l'affaire.

( photo : twenty_questions, CC AS 2.0 Generic )
Si vous avez un magasin asiatique à proximité, vous pourrez vous procurer des petites pâtes à raviolis prêtes à l'emploi car dans le cas contraire, il vous faudra retrousser les manches et sortir l'huile de coude avec le rouleau à pâtisserie en jetant un coup d'oeil sur notre recette de pâte maison.

( photo : Trishhhh, CC AS 2.0 Generic )
Les autres n'auront plus qu'à choisir entre des pâtes fraiches carrés pour les wontons ou des formes rondes plus épaisses qu'on trouve dans le rayon surgelés afin de confectionner des jiaozis. Des magasins chinois spécialisés proposent aussi des paquets de mélange tout prêt, à haute teneur en gluten pour confectionner assez facilement cette pâte.

Temps de préparation : 45 mn
Ingrédients pour 4 personnes :

2 côtes de porc
1 paquet de feuillets à raviolis
3, 4 champignons secs shiitakés
1 gousse d'ail
1/2 oignon
2 cuillères à soupe de sauce de soja claire
1/2 cuillère à café de sucre
1/2 cuillère à café de poivre blanc
1 cuillère à café de fécule de maïs.

 Sauce :
2 cuillères à soupe de sauce de soja claire
2 cuillères à soupe de coulis de tomate
1 cuillère à soupe de vinaigre de riz
1/2 cuillère à café de purée de piment sambal oelek.

Préparation :
Etape 1 faire chauffer de l'eau pour tremper au moins 20 mn les champignons secs à température puis éplucher l'oignon et l'ail que vous hacherez grossièrement avec les shiitakés une fois refroidis en vous débarrassant des pieds. 

 Détailler aussi la viande de porc préalablement dégraissée et désossée et passer tous ces ingrédients au hachoir, grille fine. Mélanger enfin la farce avec l'assaisonnement ( soja, vin, sucre, poivre ) et la fécule dans un saladier et réserver au frais.

Etape 2 préparer la " colle " en mélangeant une cuillère à café de fécule avec 2 cuillères à soupe d'eau et confectionner les raviolis : mettre une petite cuillère à café de farce au milieu d'une pâte puis suivre l'une des deux techniques... 

 Soit vous formez un triangle type samoussa  avec les pâtes carrées et à ce moment là vous replierez la pâte en mettant sur les extrémités, un peu de colle en appuyant ensuite pour sceller l'ensemble. 

 Si vous avez des pâtes rondes, vous fermerez en appuyant fermement sur la pâte après avoir appliqué la colle à l'intérieur. On peut faire aussi des pliures esthétiques sur la pâte avec les doigts.

Etape 3 dans une casserole, préparer la sauce aigre-douce à feu moyen en ajoutant la sauce de soja, la tomate, le sucre et le vinaigre, amener à ébullition puis mélanger à feu doux, à découvert, pendant 3 à 4 minutes.  
 Mettre à présent suffisamment d'huile dans un wok et amener à température : en mettre 4, 5 à chaque fois, faire frire 1 à 2 mn pour les raviolis carrés, un peu plus longuement pour les autres, en les retournant. Laisser reposer sur du papier absorbant pour enlever l'excédent d'huile et déguster avec la sauce aigre-douce réchauffée.

Pour cette technique de cuisson, on préconise de faire un pliage simple à plat afin de faciliter la friture. Éviter de mettre trop de farce, dans la mesure où la pâte sera bien dorée à souhait mais l'intérieur trop juste si vous avez eu la cuillère généreuse !


 Wontons bouillis

Pour les amoureux de l'esthétique, on peut continuer sur notre lancée et préparer à présent des wontons cuits dans un bouillon en soignant la forme... il vous suffira d'avoir à disposition une casserole de consommé de volaille ou de légumes.

Plongés 3 mn dans une casserole frémissante, voilà de quoi réchauffer et nourrir de la meilleure des façons ! La sauce d'accompagnement ? 2 cuillères à soupe de sauce soja, une cuillère de vinaigre de riz et une cuillère à café d'huile pimentée éventuellement.

L'un des modes de pliage les plus simples à appréhender est la technique suivante pour faire des formes de bateau ou de poisson mais avec une pâte plus épaisse et riche en gluten, on aura l'occasion de revenir sur le sujet :

dans un carré de pâte, mettre au milieu une cuillère à café de farce et de la " colle "sur les extrémités en refermant comme tout à l'heure. Quand le wonton est façonné, appliquer encore de la colle côté droit et gauche puis tourner en ayant la pointe du ravioli sur vous.

Prendre les deux extrémités et presser le ravioli comme si on allait le diviser en deux puis joindre et coller ces extrémités en façonnant la forme comme sur les photos : laisser reposer, le wonton doit tenir tout seul.

Retrouvez toutes les étapes de ces préparations en vidéo :

 
Dans la série des petits changements du blog... cette vidéo et les suivantes seront enregistrées dorénavant en haute définition. Les flux conséquents de données aujourd'hui, associés à la multiplication des tablettes et des écrans à haute résolution nous ont incité à vous proposer cette modification.

( photo : ChrisGoldNY, CC AS 2.0 Generic )
La tendance ou devrait-on dire la mode est clairement depuis quelque temps en France vers les dim sum, ce terme générique qui désigne pour une très large part ici les raviolis de différentes sortes dont les har gau ou les siu mai notamment...

A Paris, depuis le succès de Yoom dans le 9e qui a ouvert un deuxième établissement, voici dans le 17e, Mum Dim Sum pour ne parler que des restaurants spécialisés dans ces plats vapeur, à consommer sur place ou à emporter.

Mum a le grand avantage d'être situé ( boulevard de Courcelles ) pas très loin du musée Cernuschi dédié aux arts asiatiques ( avenue Vélasquez, près du Parc Monceau ) pour tous ceux qui auraient envie d'une faim après un bon bouillon de culture...

Un grignotage bienvenu avec de bons raviolis pleins de saveurs, dont il aurait été intéressant de les désigner par leur nom chinois, plutôt que par le terme générique. Les prix seraient plutôt corrects, notamment pour le quartier... si les quantités proposées étaient suffisantes et obligent à commander en conséquence d'autre choix...

En fait, le repas chez Mum... aura presque servi de mise en bouche et nous aura incité à nous nourrir quelque temps après... dans le 13e ! De quoi avoir une petite nostalgie de ce que l'on peut trouver sur le continent asiatique tant en qualité qu'en quantité...

( photo : tuis, CC AS 2.0 Generic )

lundi 3 décembre 2012

Canard laqué vit quay et soupe

Encore une idée de plat de résistance pour vos futures agapes... sachant que dinde ou chapon ne font pas partie des paysages asiatiques... ce qui n'est pas le cas du canard dont les racines domestiques viennent de Chine...

 Voici une nouvelle version d'un plat, à n'en pas douter, emblématique de la cuisine asiatique. Car le canard laqué est extrêmement populaire dans les rôtisseries de Chinatown et les volatiles y sont soumis à un traitement de choc : assaisonnement, cuisson au four et couperet... avant de finir sur votre table.

 ( photo : Gisling, CC AS 2.0 Generic )
Après avoir travaillé sur le séchage de la peau grasse du canard pour avoir ce croustillant inégalable ou préparé une sauce parfumée d'accompagnement dans sa cavité dans ces différentes variations... nous voici au Vietnam pour continuer notre apprentissage ! La version locale s'appelle vịt quay.

 ( photo : lets.book, CC AS 2.0 Generic )
Pour être précis, la cuisine asiatique s'est quelquefois largement inspirée des préparations chinoises et la grande majorité des pays du continent dispose de recettes bien sûr propres à leur terroir ainsi que de plats sinisés plus ou moins revus aux goûts des autochtones.

( photo : isriya, CC AS 2.0 Generic )
Tel est le cas du canard qu'au Vietnam on désignera par vịt quay Quảng Đông, le canard laqué à la cantonaise et vịt quay Bắc Kinh pour la version pékinoise. Il faut dire que pendant très longtemps, la confection du canard laqué a toujours été l'affaire de la communauté chinoise et c'est encore largement le cas aujourd'hui.

 ( photo : zola-studio, CC AS 2.0 Generic )
Jadis, cette recette demandait un grand four où était consumé du bois d'arbre fruitier dans certains cas... on imagine que le matériel et les moyens manquants, il était plus simple de s'adresser au rôtisseur chinois du quartier pour se délecter de cette spécialité.

 ( photo : docsdl, CC AS 2.0 Generic )
Les foyers vietnamiens commencent de plus en plus à s'équiper d’électroménager avec l’élévation du niveau de vie mais le four n'est pas encore une priorité absolue car la cuisine y est surtout préparée au wok, dans une marmite ou à la vapeur.

( photo : n0r, CC AS 2.0 Generic )
Mais c'est en dénichant un vieux livre de cuisine de 1961 sur " Quelques recettes de cuisine chinoise et vietnamienne " par les Etablissements Ifd Hong Lien que l'idée m'est venue de vous présenter ce plat dont la préparation est extrêmement aisée.

( photo : peregrinari, CC AS 2.0 Generic )
La recette intitulée vịt quay est inspirée du canard à la cantonaise dans la mesure où l'on ne recherche pas à avoir une peau croustillante et fondante et l'influence de la Chine du Sud y est manifeste dans son mode de cuisson et de son assaisonnement aux cinq parfums et sauce soja.

( photo : panduh, CC AS 2.0 Generic )
Mais en ajoutant du nước mắm à la laque, la sauce de poisson apporte une saveur supplémentaire, proprement exquise !... Qui plus est, la simplicité de la recette qui ne nécessite pas d'étape de pré-cuisson facilite grandement  votre tâche et nul doute que pour vous aussi, ce vịt quay sera bientôt votre arme secrète en cuisine.
 
 L'application de la sauce en touches successives sur notre volaille lors de la cuisson  rappelle le travail de la laque, cette résine décorative très prisée en Asie dont cinq à une bonne dizaine de couches sont nécessaires pour produire un ouvrage de qualité.

 ( photo : Birgitta Seegers, CC AS 2.0 Generic )
Dans notre cas, point besoin d'autant de couches... 4 à 5 suffiront pour protéger notre délicat volatile des affres de la chaleur de la cuisson et avoir cette belle couleur ambrée si décorative. Pour le reste, place à la dégustation !
 
Temps de préparation : 1 H 45
Ingrédients pour 4 personnes :

1 canette
1 cuillère à café de 5 parfums
1 cuillère à soupe d'huile
2 cuillères à soupe de miel 
1 cuillère à café rase de sel
1,5 cuillère à soupe de sauce de poisson
1 cuillère à soupe de sauce de soja foncée ( ou claire )
1 cuillère à soupe de vinaigre de riz.

Préparation :
 
Etape 1 préparer le canard en enlevant les petits ailerons et les parties grasses à l'intérieur ainsi que sur le cou. Préparer ensuite la marinade : ajouter et mélanger dans un bol les 5 épices, le miel, les sauces de soja et de poisson avec du vinaigre de riz.  

 Préchauffer le four à 220°C puis mélanger dans un bol le sel avec l'huile et badigeonner votre canard à la main. Préparer un plat allant au four avec éventuellement une grille pour reposer le canard et au fond un peu d'eau pour éviter que la graisse brule.

Etape 2 mettre le canard au bas du four pendant 20 mn, le sortir en enlevant la graisse du plat et en remettant un peu d'eau. Mettre le four à 180°C : sur un plan de travail, à l'aide d'un pinceau, laquer et retourner le canard puis enfourner pour une dizaine de mn.

  Vous badigeonnerez ensuite à nouveau de laque et retournerez le canard : refaire cette opération 2, 3 fois en comptant 1 H 15 au moins à partir de la cuisson à 180 °C

Etape 3 vers la fin, bien surveiller le four : penser à baisser la température le cas échéant ou à envelopper votre canard selon l'état de la peau qui doit être bien rôtie mais pas brûlée. Le sortir et laisser reposer 10 mn au moins avant la découpe. 

 Récupérer dans le plat les jus de cuisson que vous mélangerez avec ce qui reste de la laque pour en faire une sauce d'accompagnement. A déguster avec du riz ou des nouille sautées !

 Si vous souhaitez faire la recette qui suit, pensez à assurer la découpe de ce rôti en désossant et en gardant toute la carcasse pour constituer la base de votre bouillon. Assez souvent, dans les restaurants spécialisés, on peut servir le canard en deux, trois services : peau croustillante, la chair sautée au wok avec des nouilles sans oublier la soupe confectionnée à partir des os.

Soit vous faites une grande soupe avec quelques légumes et profitez des saveurs de ce bouillon tout simple... soit vous décidez de remettre un petit peu d'huile de coude afin de préparer maintenant une soupe de nouilles très nourrissante.

Soupe Mi Vịt Quay

Le Vietnam est un des grands paradis de la street food, en particulier pour la qualité de ses soupes de nouilles dont l'évocation des phở, des hủ tiếu ou des soupes achèvent de mettre en transes certains gourmets.

( photo : noodlepie, CC AS 2.0 Generic )
La soupe dans ce pays est désignée par le type de pâte employée comme le hủ tiếu qui est à la base une pâte de riz avec une forte proportion de fécule de tapioca. Pour le mì, il s'agit d'une pâte de blé assez fine d'origine chinoise que l'on retrouve dans différentes préparations au sud et surtout au centre du Vietnam.

( photo : Houston Marsh, CC AS 2.0 Generic )
Le est aussi cette pâte que vous dégustez en Thailande ( ba mee ) ou en Malaisie entre autres ( mee ), signe du dynamisme de la diaspora chinoise en Asie du Sud-Est. Cette recette est d'ailleurs fortement influencée à nouveau par la cuisine de Chine du Sud avec le cas échéant une note plus épicée si vous ajoutez du gingembre dans le bouillon au départ ou parsemez votre bol de piment frais au final.

( photo : noodlepie, CC AS 2.0 Generic )
On peut aussi appeler cette soupe Mì vịt tiềm avec quelques petites variations à la clé mais il s'agira toujours d'un bouillon de canard avec nos pâtes en question, des champignons et quelques légumes. Certains apprécient aussi d'y mettre quelques ingrédients un rien insolites comme des jujubes, les dattes locales, des graines de lotus ou des noix de gingko.

Ingrédients pour 2 grands bols ou quatre petits :

1 carcasse de canard laqué et os
Quelques os de poulet
1 morceau de gingembre
2 cuisses de canard laqué
2 feuilles de chou chinois
4, 5 champignons secs shiitakés
200 g de fines nouilles de blé ( mi ou somen )
1,5 litre de bouillon d'eau
1 cuillère à soupe de sauce de poisson
1 cuillère à soupe de sauce de soja claire
1 cuillère à café de sel
1/2 cuillère à café rase de 5 épices ( facultatif )
2,3 tiges d'oignon vert
Quelques brins de coriandre
1/2 citron vert, piment frais en option.

Préparation :
Etape 1 faire chauffer de l'eau pour réhydrater les champignons en 10 mn d'immersion et préparer le bouillon de volaille en faisant mijoter la carcasse et les os ( canard, poulet ) dans 1,5 litre d'eau pendant une heure minimum à compter de l'ébullition, à feu doux et à découvert.

Assaisonner au départ le bouillon ( sauces de poisson et de soja ), ajouter les champignons en cours  et rectifier à la fin avec le sel et les cinq parfums éventuellement. Laisser refroidir ensuite, écumer, dégraisser puis débarrassez-vous des os en filtrant plusieurs fois le bouillon.

Etape 2 nettoyer les légumes, détailler le chou en morceaux, hacher finement l'oignon vert ainsi que la coriandre. Ensuite, soit vous désossez les cuisses pour avoir uniquement des morceaux de chair, soit vous coupez cuisse et avant-cuisse en conservant l'os.  

 Faites cuire enfin vos nouilles en respectant les indications du paquet. Remettre sur le feu le bouillon en ajoutant le chou avant de dresser les bols.

Etape 3 dès que c'est  bien chaud, réchauffer le canard dans le bouillon avec un chinois et répartir les nouilles de blé dans les bols en les réchauffant également dans le liquide. 

Remettre dans chaque bol puis verser du chou, des champignons et ajouter du canard et le bouillon brûlant. Terminer en parsemant d'oignon vert et de coriandre. C'est prêt... avec éventuellement du piment frais et un trait de citron !


Retrouvez toutes les étapes de ces recettes en vidéo :



Après l'effort, le réconfort d'une bonne soupe revigorante par ces temps froids... ça fait du bien... Bon appétit !
 
( photo : lecercle, CC AS 2.0 Generic )

Archives de blog

TAGS

abats (2) agneau (3) banane (8) blogging (8) boeuf (57) boisson (4) calamar (9) canard (20) champignons (8) charcuterie (9) conso (1) crabe (7) crevettes (33) dessert (41) dim sum (16) epices (11) épices (13) fruits (13) fruits de mer (16) gibier (1) herbes (5) lapin (2) légumes (26) marché (1) oeufs (10) pates (48) poisson (24) porc (91) poulet (70) restaurant (23) Riz (26) salade (20) Sandwich (6) sauce (7) soupe (38) tofu (8) traditions (20) veau (1) végétarien (3) video mv (5) video recette (126) vidéo recette (21) video voyages (5) Voyages (24)
© Copyright
Tous droits réservés