samedi 4 août 2012

On met le couvert à Rangoon...

Premiers pas dans la capitale birmane... entre la pluie fort abondante en cette saison et l'orientation dans cette ville d'un autre âge, notre appétit reste intact ! Petit florilège de nos assiettes locales...

Nous voici à Rangoon ou Yangoon, capitale de l'union du Myanmar, la Birmanie ayant été débaptisée par les autorités militaires en place... Un pays dont vous avez probablement suivi les petits pas comptés vers une libéralisation d'un régime mis au ban de l'humanité depuis la répression de 2007, lors de la révolution safran.

( photo : romsrini, CC AS 2.0 Generic )
Ces premiers gestes symboliques mais significatifs auront encouragé les voyageurs à inclure ce pays dans les destinations à faire actuellement. Un engouement tout particulièrement tricolore car les Français semblent être en nombre à visiter Rangoon, Mandalay, Pagan ou le Lac Inle...

Le temps de mousson actuellement rappelle que la Birmanie est coincée entre l'Inde et le Bangladesh à l'ouest : la Chine, le Laos et la Thaïlande pour une grande partie étant les frontières orientales d'un pays qui est un peu plus grand que la France avec une population supérieure à 55 millions, pour donner un ordre de grandeur.

Côté chiffres d'ailleurs, cet afflux de touristes a fait flamber les prix, en particulier des hôtels. Les restaurants fréquentés par les Birmans restent assez abordables ( de 1, 2 € à 3, 4 € le repas ) selon votre appétit et votre goût pour les plats locaux puisqu'on trouvera souvent à Rangoon des établissements chinois ou servant de la cuisine de l'Empire du milieu, plus dispendieuse.

La cuisine birmane, à l'image du pays, est une mosaïque de plats ethniques dont certains tirent fortement vers l'Inde musulmane ou non. Au premier abord, les currys semblent une véritable institution ici avec beaucoup d'huile et différents plats d'accompagnement avec le riz blanc de rigueur.

Les pâtes ne sont pas en reste, qu'elles soient à base de riz ou de blé et les vermicelles de riz très fins sont la base de quantité de soupes dont le mohinga, en quelque sorte le plat national là-bas où ces vermicelles sont servis dans un bouillon de poisson très parfumé avec différents ingrédients comme de la coriandre et des petits aliments frits.

Une petite coupelle de sauce de poisson pleine de piments et d'ail est la compagne idéale d'un repas local avec une petite assiette de légumes marinés. En général, prévoir de la place sur la table car le repas peut être l'occasion d'un ballet de différents accompagnements allant avec le plat commandé... Au service de la gourmandise !

La cuisine shan, du nom d'une ethnie habitant près de la Thaïlande, est aux premières loges pour accommoder les pâtes comme ces curieuses nouilles de riz gluant au poulet ou au porc dans une sauce légèrement épicée, servies avec un bol de soupe.

Ceux qui apprécient la cuisine chinoise, sauront que vers l'ouest de la capitale se situe un Chinatown mais, on trouve assez facilement des établissements servant des soupes ou des plats rappelant invariablement l'origine du mets servi.

La cuisine indienne est bien sûr fortement représentée à Rangoon qui compte un Little India et des marchands de samoussas et autres rotis en tout genre à chaque coin de rue... Puisque l'immense majorité des hommes portent le longyi, formant un long pagne, on peut avoir le sentiment d'être sur le sous-continent indien.

Une première curiosité dans le repas birman ? Un ingrédient typiquement asiatique dont on ne se sert pas souvent en cuisine... mais les feuilles de thé que l'on cuisine avec des concombres, des tomates, des pois et des cacahuètes sans oublier le piment ainsi que du jus de citron vert forment une délicieuse salade aux saveurs insolites ! Un goût presque d'huile d'olive...

Le thé, justement intronisé boisson nationale bien sûr, que l'on retrouve dans de nombreux établissements dévolus à cette boisson universelle, fort prisée en Orient. Les maisons de thé proposent quantité de thés, en particulier à l'indienne avec du sucre et du lait concentré mais ont le bon ton généralement de proposer des en-cas pour une petite faim, sans façon.

On attaquera les hostilités avec du solide fort consistant ou on se contentera d'entremets aériens ou de pâtisseries. Il sera temps de se régaler ultérieurement avec une assiette plus sérieuse ! Mais un peu à l'image de la Malaisie où cohabitent Malais, Chinois et Indiens... la Birmanie permet quelquefois de faire un voyage culinaire sans bouger de la chaise...

Dans le palmarès et avec une médaille au choix... la maison de thé Lucky Seven, l'une des références de Rangoon ( Anawrahta  road, 49th street ) dont la carte propose les classiques birmans en passant par les dim sum chinois, non sans avoir abordé les currys et fini de vous contenter avec une classique... crème au caramel.

L'établissement assez excentré mérite une balade pour se mettre en appétit en passant sur Strand road, pour admirer de loin l’hôtel mythique du même nom ou trainer dans Merchant Street afin de profiter de quelques scènes colorées de marché... 

Mais notre compagne habituelle... la pluie vient troubler le petit ordonnancement de nos activités gourmandes... Il est grand temps de se mettre à l'abri dans notre chambre d’hôtel pour une petite sieste digestive...

On en a bientôt fini avec la capitale birmane mais cette belle endormie, malgré un état général que l'on peut imaginer sans entretien, a un charme désuet et prenant... L'accueil de la population peut-être... à moins que cela ne soit le bouillonnement de la rue ou espérons le, les prémices de la belle saison à venir.

( photo : United Nations, CC AS 2.0 Generic )

mardi 31 juillet 2012

A la soupe... de Bangkok !

Manger à Bangkok... une question fondamentale nous concernant... mais qui plonge quiconque dans une intense réflexion tant le choix est important dans la capitale thaïlandaise ! Et si on commençait par une soupe ?

La cause est entendue depuis des lustres, à Bangkok, les voyageurs se bousculent au portillon thaïlandais, année après année... et la tradition hospitalière du royaume se doit d'être respectée. Les raisons de cet engouement sont multiples mais cette mégapole peut se targuer d'être certainement la capitale du shopping avec des prix très compétitifs ( la TVA est à 7 %  ) et d'abriter des centres commerciaux géants.

Le dernier en date, Terminal 21, est ouvert depuis quelques mois sur Sukhumvit Road avec sa noria de centaines de magasins qui déclenchent une frénésie de consommation peu commune... dans un quartier dévolu aux dieux du commerce avec les centres Siam, Central ou MBK...

 Au premier rang des touristes, proximité oblige, Chinois, Coréens et surtout Japonais visitent la capitale et apprécient la cuisine locale... mais aussi de retrouver les saveurs de leurs cuisines respectives. Bangkok a crée à cet effet une multitude de restaurants spécialisés dans les ramen, les sushis ou les choux sucrés à la mode d'Hokkaido par exemple. 

 La cuisine chinoise, établie depuis des siècles dans le royaume, fait véritablement couleur locale et a influencé différents plats que les chefs ont adapté quelquefois à la mode thaïe. Ainsi, le canard laqué est nappé généralement d'une sauce épaisse au poivre noir et servi avec du gingembre mariné.

Cette adaptation est aussi mise en évidence dans différentes soupes dont le nom  " kui tiao " est inspiré d'un dialecte chinois du sud et signifie autant le type de pâtes de riz que le plat de soupe les contenant. Vous n'aurez qu'à faire votre choix sur le type de pâte et la garniture désirée en montrant du doigt avant que le cuisinier ne s'exécute en  un tour de main.

 On trouve un peu partout de grands bols au fumet alléchant, fleurant la coriandre et l'ail frit et proposent du bœuf ou du porc entre les germes de haricots mungo, les tiges de liserons d'eau et la ciboule avec les pâtes de riz. Le bouillon parfumé reste assez doux avec une saveur sucrée dominante.

Si le canard laqué reste le classique, ce volatile est souvent cuit dans un bouillon d'herbes dont certaines seraient d'ordre médicinal et proposé en lamelles avec de fines nouilles de blé tendre en soupe généralement mais aussi avec des pâtes de riz.

Pour des soupes plus spécifiquement thaïes, si l'on peut dire... Bangkok la capitale offre toutes les spécialités provinciales du royaume... Inutile par conséquent de se déplacer dans le centre du pays pour goûter à la très savoureuse soupe de Sukhotai, aux pâtes de riz et au porc.

Ce serait toutefois dommage de ne pas se déplacer dans le nord pour apprécier cette belle région et de goûter à cette soupe de nouilles au curry et lait de coco dans un méli-mélo de nouilles de blé fraiches et frites.

Terminons ce petit panorama des soupes locales sans oublier l'un des plats nationaux de Thaïlande, le tom yum, diablement épicé et parfumé qui est aussi servi avec de très fins vermicelles de riz avec de belles crevettes d'eau douce ou du poisson.

Pour tous ceux qui délaissent ces bouillons et préfèrent des aliments plus solides, n'oublions pas que le barbecue est roi là-bas et que les brochettes satay sont avec le poulet kai yang ou le porc mu ping des mets incontournables en Thaïlande.

Rien de tel pour accompagner ces plats qu'une bonne salade comme cette mangue verte préparée en som tam, à commander de préférence non épicée... le mortier, dans lequel le cuisinier aura fait son œuvre, ayant pris les saveurs pimentées des salades précédentes, à moins que vous n'aimiez les plats forts... mais ici, attention... la résistance locale au piment devrait être médaillée aux J.O...

Nous voilà enfin rassasiés ! On aurait bien pris une part de dessert... mais c'est bientôt le moment du départ : par ici la sortie... au revoir et à bientôt la Thaïlande !

Et après une sympathique bousculade à l'ambassade de Birmanie que le pouvoir en place persiste à appeler Myanmar, visas en poche, de nouvelles aventures culinaires nous attendent dans quelques heures... 

Cuisines birmanes, nous voilà !... Les nostalgiques de la cuisine thaïe se référeront à notre voyage en Thaïlande, l'année dernière. Mais on y revient dans quelques jours.

( photo : Big Dubya, CC AS 2.0 Generic )
A dans quelques jours...

( photo : Big Dubya, CC AS 2.0 Generic )

dimanche 29 juillet 2012

Bangkok encore une fois...

La capitale du royaume de Siam reste une étape quasi incontournable pour tous les voyageurs au long cours souhaitant rayonner en Asie du Sud-Est autour d'un point de ralliement. Bangkok ayant nombre d'attraits, en particulier pour les gourmands...

Le voyage vient de commencer à retardement à Bangkok... après une escale mouvementée à Francfort... puisqu'après un pré-acheminement parfait entre Paris et l'Allemagne, l'avion dans lequel nous avions pris place pour nous transporter jusqu'à Bangkok... tomba en panne au moment du départ !

( photo : Oksidor, CC AS 2.0 Generic)
Une avarie de moteur qui s'avéra fatale pour notre enthousiasme et nos rêves de cuisine thaïe, obligés de passer une nuit à l'hôtel à Francfort... ça change de Bangkok... le temps que les mécaniciens de la Lufthansa  puissent réparer le moteur récalcitrant... Et après 11 H de retard, nous revoilà partis... pour de bon cette fois-ci !

A Bangkok, sur les traces de la ménagère locale, nous voici à présent à arpenter les allées encombrées du marché Khlong Toey à admirer les produits frais de toute sorte : puisqu'il y a en chacun de nous un consommateur averti, bien évidemment les prix sont difficilement comparables avec la France...

Mais à y regarder... un poulet frais à 1 €, 3 poissons type belle daurade à 5 € le lot ou un bon bouquet de bâtons de citronnelle à 0,50 €, cela laisse rêveur quand même. La fraicheur et la qualité des plantes et autres herbes aromatiques donnent envie de se lancer illico dans une sarabande effrénée entre les ingrédients vus et notre wok de campagne !

 Aussi à défaut de faire la cuisine, direction la salle de restaurant la plus avenante comme celle du Kum Poon à Central Plaza, spécialisé dans la cuisine de l'Isarn, cette région de Thailande fortement influencée par l'ethnie lao. Un établissement en cela très prisé par les gens de Bangkok.

Notre premier repas thaïlandais là-bas sera une petite déception entre un poulet cuit au barbecue, passablement réchauffé... du calamar trop cuit, caoutchouteux à souhait dans la salade de vermicelles yum woon sen et des nouilles de riz  sautées pad thai beaucoup trop sucrées. 

 La salade de papaye som tam au crabe salé sauvera l'honneur... tandis que les beignets de boules de riz gluant passeront à l'anecdote. Idéal avant de faire une petite sieste... dans l'indolence de la fournaise de la capitale thaïe.

Si on reste dans l'âme consumériste de cette première chronique de voyage cette année, il vous en coutera dans ce restaurant avec les boissons autour de 6 € par personne. Bien sûr, selon le niveau de confort requis, vous pourrez vous en sortir en moyenne autour de 3 € et même moins cher en mangeant dans la rue.

Mais comme parfois et probablement plus encore en Asie, votre palais trouvera son bonheur dans les lieux les plus improbables... qu'ils soient introuvables pour le commun des touristes ou au contraire tellement convenus qu'on se surprend à savourer la qualité des plats.

 Le fameux poulet au riz intronisé à Hainan et ici en tant que khao man kai reste une valeur sûre, sans chichis pour les amateurs de plats roboratifs comme le " porc au caramel " façon thaie, khao kha mu, sans oublier pour les dents sucrées, le dessert national... les mangues au riz gluant et au lait de coco.

Juste l'occasion de grignoter d'autres snacks pour rester dans le sucré comme de petites bananes cuites et nappées de lait de coco ou de petits paquets ficelés dans des feuilles de bananier... encore du riz gluant fourré au taro.

Le temps de voir que les sucreries ne sont pas un domaine réservé à l'occident... d'en déguster et d'apprécier ces saveurs fleurant bon les saveurs d'Asie du Sud-Est dont la noix de coco, la banane et le taro ont une grande importance.

Plus trop de place pour l'essentiel... comme les grillades au barbecue ou les soupes dont nous sommes ici si friands... On garde de la place alors... pour la prochaine fois ! Repus pour un dernier stop avant de circuler le ventre lourd en direction de Rangoon ou Yangoon.

( photo : Alex Montadon, CC AS 2.0 Generic )
Il y a encore tant à goûter... qu'on va s'octroyer finalement quelques jours de plus ! La Birmanie, ce sera pour mercredi...

 ( photo : dachalan, CC AS 2.0 Generic )
 Bangkok restera toujours Bangkok...

 ( photo : Philip Roeland, CC AS 2.0 Generic )

Archives de blog

TAGS

abats (2) agneau (3) banane (8) blogging (8) boeuf (57) boisson (4) calamar (9) canard (20) champignons (8) charcuterie (9) conso (1) crabe (7) crevettes (33) dessert (41) dim sum (16) epices (11) épices (13) fruits (13) fruits de mer (16) gibier (1) herbes (5) lapin (2) légumes (26) marché (1) oeufs (10) pates (48) poisson (24) porc (91) poulet (70) restaurant (23) Riz (26) salade (20) Sandwich (6) sauce (7) soupe (38) tofu (8) traditions (20) veau (1) végétarien (3) video mv (5) video recette (126) vidéo recette (21) video voyages (5) Voyages (24)
© Copyright
Tous droits réservés